Sci-tech
URL courte
150
S'abonner

Cette nouvelle technologie permet d’envisager une révolution dans le domaine de la médecine d'ici une dizaine d'années.

Les chercheurs de l'Université américaine de Californie (Berkeley) ont mis au point une technologie permettant de convertir des pensées en mots, lit-on dans le journal Daily Mail. Cette technologie est basée sur l'analyse de l'activité du cerveau.

Les chercheurs avait d'abord effectué une étude dans le cadre de laquelle ils ont analysé l'activité du cerveau durant les phases de prononciation, d'imagination et de perception des mots. 

Les recherches se sont concentrées sur une zone du cerveau baptisée "cortex auditif", qui analyse les différents sons perçus. L’observation des cerveaux de 15 individus durant la phase d’écoute de différents types de discours a permis aux chercheurs d’associer certaines impulsions et signaux du cerveau à certains mots.  

Après plusieurs années de tests, l'appareil, qui enregistre l'activité du lobe temporale, a réussi à deviner le mot que le sujet de l'expérience avait dans l'esprit.

Cette technologie unique est destinée en premier lieu à aider les personnes souffrant de troubles de la parole. Les scientifiques cherchent entre autre à créer des implants qu’on pourrait fixer sur le crâne afin de communiquer avec des patients dans le coma. 

La nouvelle technologie est encore à l'état embryonnaire et l'appareil ne permet pas de comprendre l’intégralité d’une conversation ou d’une pensée. Mais les résultats obtenus donnent lieu d'espérer que dans une dizaine d'années, l’appareil pourra être facilement utilisable à des fins médicales. 


Lire aussi:

Une bactérie résistante à tous les antibiotiques découverte aux Etats-Unis
Découverte des traces d'une civilisation inconnue aux USA
Découverte: d'énormes réserves de gaz rare trouvées dans l'espace
La tombe d'Aristote découverte en Grèce
Tags:
Université de Californie de Berkeley, mots, pensées, technologies, appareils, recherche, chercheurs, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook