Sci-tech
URL courte
856
S'abonner

Une étude montre que les ménages aisés partagent leur habitat avec un plus grand nombre de coléoptères et d'araignées.

Nouvel avantage de vivre dans un quartier huppé ou une maison de luxe: on y trouve beaucoup plus d'arthropodes (classe d'animaux et d'insectes invertébrés) par rapport aux appartements traditionnels: jusqu'à 200 espèces de coléoptères et d'araignées! Ce qui témoigne d'un écosystème sain, estiment les chercheurs.

On sait déjà qu'il y a plus d'oiseaux, de chauves-souris ou de lézards dans les quartiers chics. Cela s'explique par la présence de nombreuses plantes dans les jardins et les parcs privés entourant les maisons de luxe. La nouvelle étude montre que "l'effet de luxe" concerne également les créatures domestiques.

Cet "effet de luxe" est un phénomène observé dans les quartiers huppés où la diversité des animaux ou des insectes est plus élevée qu'ailleurs, raconte Misha Leong de l'Académie des sciences de Californie.

Leong et ses collègues ont étudié des arthropodes morts et vivants dans 50 maisons situées à 65 km du centre de la ville de Raleigh, capitale de l'Etat de Californie du Nord.

La présence d'un grand nombre d'insectes dans les maisons s'explique sans doute par le fait qu'elles sont entourées de jardins. Les gens aisés peuvent se permettre d'enrichir la verdure dans leur quartier et "invitent" ainsi les arthropodes chez eux.

Lire aussi:

Après Daech, la veuve noire envahit l'Irak
Une araignée qui pêche et sait nager découverte en Australie
Les barres énergétiques aux insectes interdites en Islande
Les chats du musée russe de l'Ermitage au Top 10 mondial des curiosités insolites
Tags:
biodiversité, science, insectes, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik