Sci-tech
URL courte
35358
S'abonner

Un groupe de chercheurs australiens a réussi à restituer l’apparence d’une ancienne Egyptienne à partir de son crâne momifié.

Afin de réaliser cette reconstitution hors du commun, les scientifiques ont utilisé des technologies de pointe, telles que la tomodensitométrie et l'impression 3D, ainsi que des méthodes plus classiques, notamment l'expertise médicolégale.

Il est à noter que ce crâne momifié, dont l'origine soulève encore quelques questions, a été conservé pendant des années dans les caisses de la faculté de médecine de l'université de Melbourne, sans que personne n'y prête attention, du moins jusqu'alors.

A en croire les chercheurs, la jeune fille à qui appartenait ce crâne momifié vivait il y a 2.000 ans, au plus bas mot, bien que les scientifiques n'excluent a priori pas que son âge soit encore plus reculé, soit 3.500 ans. Une analyse supplémentaire au carbone-14 pourrait sans doute permettre d'éclairer notre lanterne là-dessus, assurent les chercheurs.

Baptisée Meritamon (celle qu'aime le dieu Amon), la jeune fille aurait eu entre 18 et 25 ans au moment de sa mort, dont la cause demeure toujours inconnue, les archéologues n'ayant pas trouvé que son crâne. A en juger d'après l'état de conservation de ses dents, très mauvais, et la qualité du linceul qui couvrait sa boite crânienne, la jeune fille pourrait appartenir à une classe privilégiée, suggèrent les chercheurs. Ils jugent également possible qu'elle ait été gourmande de son vivant.

Les résultats de cette recherche ont été publiés sur le site officiel de l'université de Melbourne (Australie).

Lire aussi:

Des tatouages d'animaux et de fleurs couvrent le corps d'une momie égyptienne
Une momie pas comme les autres découverte à Taïwan
Une momie âgée de 1.500 ans découverte en Mongolie
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
reconstitution, momie, science, Meritamon, Egypte antique, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook