Ecoutez Radio Sputnik
    Partir en voyage pour Mars, et mourir…

    Partir en voyage pour Mars, et mourir…

    © NASA
    Sci-tech
    URL courte
    Exploration de Mars (87)
    11916
    S'abonner

    Voici une petite liste qui répertorie les sept moyens les plus sûrs de mourir au cours d’une petite virée sur Mars.

    Malgré l'enthousiasme et les efforts de l'entrepreneur américain et de son programme de vol spatiaux Space, l'humanité ne se trouve actuellement qu'au tout début de l'aventure vers Mars.

    « Les risques de mourir seront toujours très importants », a admis Elon Musk, en présentant son projet d'établir une colonie humaine sur Mars, soutenu par Chris McKay, scientifique responsable au NASA Ames Research Center.

    Voici quelques exemples suggestifs à prendre en considération avant de voler pour Mars.

    La fusée explose avant le départ

    Plus l'appareil est sophistiqué, plus les possibilités d'accidents mortels sont élevées. Le projet de Musk prévoit la conception du grand vaisseau spatial de l'histoire, guidé par une fusée-porteuse. Tout lancement spatial est basé sur l'explosion maîtrisée de cette dernière. Par contre, si, malgré tous les tests, le moindre détail venait à faillir lors du décollage, tous les terriens présents à bord trouveraient la mort.

    La surface martienne
    © REUTERS / NASA/JPL-Caltech/Univ. of Arizona
    Une radiation solaire excessive

    La radiation solaire n'a rien à voir avec le taux d'exposition aux rayonnements du Soleil eprouvé par les cosmonautes « ordinaires » lorsqu'ils quittent l'espace de notre Planète. Ici, sur Terre, nous sommes protégés par son champ magnétique qui les répercute.
    Selon les données recueillies par le robot Curiosity, le taux de radiation reçue le long d'un trajet aller vers Mars n'est pas mortel, bien que 15 fois plus forte que celle des usines nucléaires.

    En outre, à l'heure actuelle, le niveau de monitorage de la radiation laisse à désirer. Par ailleurs, selon Chris McKay, c'est au combustible et surtout à l'eau de représenter un écran naturel contre la radiation, au minimum, pour ne pas développer de cancer.
    Un crash fatal à l'arrivée

    A la vitesse de 62 000 milles par heure (à peu près de 100 000 km/h), et compte tenu du fait que l'atmosphère martienne est plus fine que celle de la Terre, il n'y aura pas de « frein naturel » au fur et à mesure que le vaisseau spatial s'approchera de Mars. Equipé d'un système d'atterrissage parachuté, le robot Curiosity, lui, ne pesait qu'une seule tonne. Et il a survécu. Le vaisseau spatial d'Elon Musk, lui, peserait 450 tonnes…

    L'ossature et la musculature humaines sous le choc

    La gravité minime sur Mars, selon NASA, est un problème épineux. Même au niveau zéro de la gravité, les muscles de l'homme sont atrophiés et les os grandement affaiblis, ce qui peut entraîner la mort.

    L'air irrespirable de Mars

    Une fois son costume spatial endommagé, le « touriste » de l'espace, muni d'eau, de nourriture et d'oxygène, est exposé à l'irrespirabilité de « l'air » de la planète rouge.

    Le sol gorgé de toxines

    Le sol de Mars est sale et recouvert de sable. Les tempêtes du désert, s'étalant parfois sur plusieurs semaines semaines, peuvent endommager le scaphandre et la combinaison. Conséquence : voir point précédent.

    Les attaques de la part des copéquipiers

    Il s'agit d'un aspect important, sans doute le plus humain de tous les critères : le travail en équipe et la compatibilité, le mental des membres, à l'instar de la préparation militaire, policière ou bien des convoyeurs de fonds. Toute faiblesse ou émotion doit être contrôlée, le moindre problème résolu et l'encouragement doit être mutuel.

    Bilan : toujours disposés à vous promener sur Mars ?

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Dossier:
    Exploration de Mars (87)

    Lire aussi:

    Musk évoque le voyage sans retour de l'homme sur Mars
    La date du voyage vers Mars déjà annoncée
    En 2028, des humains survoleront Mars
    Tags:
    atterrissage, oxygène, lanceur, vaisseau spatial, entrepreneur, espace, NASA Ames Research Center, NASA, Chris McKay, Elon Musk, Mars
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik