Sci-tech
URL courte
15265
S'abonner

Des scientifiques japonais ont réussi à lever le voile sur l’origine de l’or dans les profondeurs de notre planète.

Un groupe de chercheurs de l'Université de technologie de Tokyo (Japon) affirme que le taux élevé de métaux précieux observé de nos jours dans le manteau terrestre pourrait s'expliquer par un impact planétaire de grande envergure auquel était exposée la Terre par le passé.

Afin d'étayer leur hypothèse, les astrophysiciens ont évalué lors d'une étude comparative le taux de métaux précieux ˗ avant tout l'or et le platine ˗ dans le manteau de la Terre, de la Lune et de Mars, écrit le site d'actualités scientifiques Phys.org.

Après avoir réalisé une simulation digitale en temps réel, les chercheurs ont tiré la conclusion que le taux élevé d'or et de platine observé dans le manteau terrestre n'était pas lié à des collisions spatiales, contrairement à ce qu'on avait auparavant affirmé, mais s'expliquait par un impact de taille que notre planète aurait subi par le passé, sans toutefois préciser la nature de ce dernier.

À en croire les scientifiques, cet impact a joué un rôle clé avant la formation de la croûte terrestre en tant que telle, soit il y a environ 4,45 millions d'années.

Ainsi, la nouvelle découverte pourrait invalider toutes nos théories sur l'origine de la Terre et la formation de sa structure interne, concluent les astrophysiciens.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Lire aussi:

Bolt remporte sa 8e médaille d'or olympique… et déçoit sa mère
Un nageur français affirme que l’urine du médaillé d'or chinois est violette
La production d'or, nouveau terrain d'entente entre Moscou et Pékin?
Tags:
espace, or, Terre, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook