Sci-tech
URL courte
0 24
S'abonner

Grâce aux technologies de pointe, la flexibilité d’un smartphone permet d’imiter les sons des instruments de musique.

Le prototype d'un appareil changeant le son des instruments reconstitués sur un smartphone flexible et éditant des fichiers audio sera présenté par les chercheurs du Human Media Lab auprès du Collège militaire royal du Canada à Kingston, lors de la conférence informatique UIST à Tokyo du 16 au 19 octobre 2016.

Les spécialistes canadiens ont conçu le modèle d'un écran flexible de définition 1 920 x 1 080 muni de capteurs permettant de fixer l'axe et la puissance de repliement. La nouvelle fonction est capable d'imiter le contact d'un archet de violon ou d'une corde de guitare ou bien de diriger la fréquence de la répétition des fragments musicaux dans le rédacteur audio.

D'après les concepteurs, cette interface soi-disant physique est plus pratique que l'écran tactile.

La tâche s'est avérée d'autant plus difficile que le smartphone offre des possibilités d'utilisation d'équipements supplémentaires limitées.

Ces dernières années, l'industrie électronique se tourne de plus en plus vers les technologies des appareils flexibles, tels que les ordinateurs, les écrans et les batteries.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

La cause des explosions du Note 7 reste un mystère pour Samsung
Un iPhone 7 aurait lui aussi explosé
Pirater un iPhone ne coûte que 100 USD
Un garçon de 12 ans laisse son chiot sur le seuil d'un refuge avec une note déchirante - photos
Tags:
équipements, utilisateurs, violon, smartphones, chercheurs, User Interface Software and Technology 2016, Collège militaire royal de Canada à Kingston, Tokyo, Canada
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook