Ecoutez Radio Sputnik
    Les scientifiques ont mesuré pour la 1e fois la «capacité pulmonaire» de la Terre

    Les scientifiques ont mesuré pour la 1e fois la «capacité pulmonaire» de la Terre

    © Sputnik. Alexandr Kryazhev
    Sci-tech
    URL courte
    2105776

    Les chercheurs ont évalué la force des «poumons verts» de notre planète et ont découvert qu’au cours des 70 dernières années, l'efficacité de la photosynthèse des plantes avait augmenté de 31-36%.

    Les scientifiques ont mesuré pour la première fois la quantité de dioxyde de carbone absorbée par toutes les plantes de la Terre. Ils sont arrivés à la conclusion que l'efficacité photosynthétique avait augmenté de 30 % par au début du XXe siècle et avait atteint un niveau record en raison du réchauffement climatique, selon un article publié dans la revue Nature.

    Selon les chercheurs, les premiers organismes photosynthétiques, les bactéries bleu-vert, sont apparus sur la Terre il y a environ 2,4 milliards d'années. Depuis lors les représentants de la flore sont les créatures les plus présentes sur la planète, et de leur existence dépend celle de tous les êtres vivants.

    « Toute la vie sur notre planète dépend du degré de l'efficacité de la photosynthèse des plantes. Les observations de la vitesse avec laquelle la flore grandit et de la façon dont elle recycle efficacement le dioxyde de carbone devraient être au cœur des recherches dans un avenir proche », a déclaré Elliott Campbell, de l'Université de Californie à Merced (États-Unis).

    Après la découverte du fait que l'augmentation du taux de CO2 dans l'atmosphère a conduit à une augmentation manifeste de la température moyenne annuelle, les spécialistes ont cherché à savoir quelle quantité de dioxyde de carbone était absorbée par les plantes. Ils ont constaté que les plantes s'étaient mises à absorber plus de dioxyde de carbone suite à l'augmentation de sa concentration dans l'air, mais ils ne savent pas quelle sera la réaction de la flore terrestre à l'avenir.

    Elliott Campbell et ces collègues ont inventé une méthode permettant d'identifier comment les « poumons de la planète » réagiraient à une nouvelle augmentation de la concentration de CO2 dans l'air. Les scientifiques ont prêté attention au fait que les plantes absorbent non seulement le CO2, mais aussi le sulfure de carbonyle — un composé de soufre, d'oxygène et de carbone (COS). Les seuls « consommateurs » de cette substance dans la nature, selon M. Campbell, ce sont les plantes. Et ce fait permet d'utiliser la concentration de COS comme un indicateur fiable de l'activité photosynthétique.

    Après analyse, les spécialistes de l'Université de Californie ont découvert que le niveau d'activité photosynthétique des plantes était resté stable tout au long de l'histoire humaine, à l'exception du XXe siècle. Au cours des 70 dernières années, l'efficacité de la photosynthèse des plantes a augmenté de 31-36 %, ce qui est probablement liée à l'augmentation de la concentration de CO2 dans l'air.

    « On est tenté de croire que nos résultats indiquent que le climat de la Terre va bientôt se stabiliser en réponse à l'augmentation de la concentration de CO2. Mais, en fait, nos résultats suggèrent que l'efficacité accrue des plantes serait encore insuffisante pour compenser des émissions de gaz à effet de serre anthropiques. Autrement dit, les "freins" naturels ne sont pas assez forts pour ce faire et nous devons comprendre comment nous pouvons les aider », a conclu Joe Berry, chercheur à l'Institut Carnegie pour la science à Washington DC (États-Unis).

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

    Lire aussi:

    Réchauffement climatique: la Russie perd des îles
    Les centrales «écologiques», l’une des sources du réchauffement climatique?
    L'Antarctique aurait perdu sa glace à plusieurs reprises par le passé
    Pourquoi le «jardin du Sahara» est-il devenu un désert?
    Tags:
    plantes, CO2, planète, dioxyde de carbone, réchauffement climatique, Université de Californie, Terre, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik