Ecoutez Radio Sputnik
    A boire et à manger: la bouteille comestible

    A boire et à manger: la bouteille comestible

    © Photo. Capture d'écran: Youtube
    Sci-tech
    URL courte
    5170

    La planète croule sous les tonnes de déchets qui la submergent. Afin de l’aider à s’en débarrasser partiellement, des ingénieurs britanniques ont décidé de proposer une solution innovante: les bouteilles mangeables.м

    Des ingénieurs britanniques ont trouvé un nouveau moyen pour lutter contre la pollution de l'environnement. Ils ont développé des conteneurs révolutionnaires pour l'eau qui ne présentent aucun danger ni pour l'homme, ni pour la nature. De par leur apparence, les bouteilles « du futur » ressemblent à des méduses. Ces capsules s'appellent « Ooho » et il est beaucoup moins cher de les fabriquer que les bouteilles en plastique.

    Ces bouteilles révolutionnaires sont développées à base d'algues. La méthode de gélatinisation appliquée lors de la production est souvent utilisée en cuisine. Lors de la production des bouteilles mangeables, on utilise un mélange de chlorure de calcium et d'alginate de sodium tiré des algues.

    Le projet a déjà été développé en 2014, mais ce n'est qu'à présent qu'on est prêt à lancer sa production en série, relate Fast Company.

    Ces « ballons » comestibles devraient être mis en vente avant la fin de l'année 2017. Le coût d'une bouteille sera d'environ 2 centimes d'euros.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Explosion de 2.000 bouteilles de gaz dans le Vaucluse
    La première école faite de bouteilles et de pneus inaugurée en Uruguay
    Les bouteilles en plastique bientôt interdites à Montréal
    Tags:
    environnement, écologie, plastique, bouteille
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik