Sci-tech
URL courte
6151
S'abonner

L'analyse de l'ADN de très anciennes momie égyptiennes a permis de découvrir que malgré les milliers d'années écoulées, le contenu génétique des Égyptiens n'a pas beaucoup changé.

Des chercheurs de l'Institut Max Planck ont réussi à déchiffrer l'ADN de 90 momies égyptiennes, prouvant que le matériau génétique s'était conservé malgré la sécheresse, la chaleur et l'embaumement, annonce la revue Science.

Selon la revue, les chercheurs ont pris des momies découvertes dans un ancien village situé à une centaine de kilomètres du Caire.

L'analyse a démontré que les habitants de ces lieux ont un ADN semblable à celui des habitants modernes du Proche-Orient, surtout de la région du Levant.

Les chercheurs soulignent que l'analyse a permis d'affirmer que le matériau génétique étudié appartenait justement à de très anciens habitants de l'Égypte et que l'ADN des habitants actuels n'est pas très différent de celui des anciens.

Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

Lire aussi:

Égypte: 17 momies découvertes dans une région pauvre en sites archéologiques
Quand les momies les plus vieilles du monde révèlent leurs secrets
Où est la France dans la liste des pays européens avec la plus grande part de leur population vaccinée?
Tags:
momie, institut Max-Planck, Egypte
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook