Ecoutez Radio Sputnik
    Des plumes dans de l'ambre

    Un oisillon emprisonné dans de l’ambre il y a 99 millions d’années (Vidéo)

    © Photo. Royal Saskatchewan Museum/R.C. McKellar
    Sci-tech
    URL courte
    1202

    Un groupe de paléontologues américains, canadiens et chinois ont retrouvé un oisillon emprisonné dans de l’ambre, dont l’âge pourrait atteindre 99 millions d’années.

    À Pékin, une équipe de paléontologues internationale a présenté au grand public un oisillon emprisonné dans de l'ambre âgé d'environ 99 millions d'années, relate jeudi le portail d'actualités chinois Sina.

    D'après les paléontologues, bien que l'oisillon ait été retrouvé au nord de la Birmanie en 2016, les scientifiques ont mis plusieurs mois pour déterminer son âge exact.

    « Cette fois-ci, nous avons trouvé un échantillon d'ambre de 9 cm de longueur, dans lequel on peut distinguer clairement la tête, le cou, les ailes et la queue d'un oiseau préhistorique », expliquent les paléontologues.

    À les en croire, la découverte serait unique en son genre puisque contrairement aux fossiles qu'on retrouve habituellement dans le sol, l'oisillon est dans un bon état de conservation, sa peau, son plumage et même ses paupières étant presque intactes. Tout cela, concluent les chercheurs, permettra de mieux étudier à l'avenir l'anatomie des oiseaux préhistoriques.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Des pêcheurs d’Oman découvrent de l’ambre estimé 3 M USD
    Les mystères de l’histoire russe : le mystère de la Chambre d’ambre
    Enfin des traces de la Chambre d’ambre dans des tunnels secrets en Pologne?
    La canicule fait ses premiers morts en France
    Tags:
    Myanmar, préhistoire, fossiles, ambre, Chine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik