Ecoutez Radio Sputnik
    Lancement d'une fusée Soyouz-2.1b depuis Plessetsk

    Un lanceur Soyouz-2.1v décolle avec un satellite militaire russe

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    Sci-tech
    URL courte
    3361

    Les Forces aérospatiales russes ont effectué le troisième tir réussi d’un lanceur léger Soyouz-2.1a depuis le nord du pays pour mettre en orbite un satellite militaire.

    Une fusée-porteuse russe Soyouz-2.1v avec un satellite militaire a décollé vendredi à 21h04, heure de Moscou (20h04, heure de Paris), depuis le cosmodrome de Plessetsk, dans la région d'Arkhangelsk, a annoncé le service de presse du ministère russe de la Défense.

    «Une unité des Troupes spatiales russes a effectué un tir réussi d'un lanceur léger Soyouz 2.1v avec un satellite pour le compte du ministère de la Défense depuis le pas de tir N°43 du cosmodrome de Plessetsk», a indiqué le ministère.

    Selon le ministère, les préparatifs et le décollage du Soyouz se sont déroulés comme prévu.

    Il s'agit du troisième lancement d'un lanceur léger Soyouz-2.1v réalisé depuis Plessetsk. Le premier tir de cette fusée, qui passe ses essais en vol, s'est déroulé en décembre 2013 et le deuxième en décembre 2016.

    Un autre lanceur de la famille Soyouz-2, baptisé Soyouz-2.1b, a décollé depuis Plessetsk le 25 mai dernier. Il transportait un satellite militaire russe de nouvelle génération.

    Les essais des lanceurs Soyouz-2 ont commencé à Plessetsk le 8 novembre 2004. En 13 ans, les militaires russes ont lancé 30 Soyouz de type 1a, 1b et 1v.

    Les Soyouz-2 viennent remplacer les fusées-porteuses Soyouz-U qui ont mis en orbite 430 satellites entre 1973 et 2012.

     

    Lire aussi:

    Russie: tir réussi du lanceur Soyouz-2.1V portant le satellite Aïst (Défense)
    L'armée russe dévoile les missions de son nouveau satellite
    La Russie met en orbite un satellite militaire
    Tags:
    satellites militaires, lanceur, Plessetsk, Soyouz-2.1v, Soyouz-2, ministère russe de la Défense, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik