Ecoutez Radio Sputnik
    Des scientifiques péruviens recréent le visage d’une momie célèbre

    Des scientifiques péruviens recréent le visage d’une momie célèbre

    © Sputnik . Alexey Efimov
    Sci-tech
    URL courte
    0 91
    S'abonner

    Des scientifiques péruviens ont réussi à l'aide de l'impression 3D à recréer le visage de la momie connue sous le nom de Lady Cao, qui aurait été une dignitaire politique ou religieuse influente.

    En utilisant d'impression 3D et en analysant la structure du crâne et des restes, des chercheurs péruviens ont recréé le visage de la momie Lady Cao morte il y a 1700 ans. Lady Cao, également connu comme la «Cléopâtre de l'Amérique latine», appartenait à la culture Moche, dans le nord du Pérou.

    Selon le ministre de la Culture du Pérou, Salvador del Solar, la femme avait un visage ovale avec des pommettes saillantes — les traits du visage propres à la plupart des Péruviens actuels.

    «Nous sommes honorés de présenter cette étrange combinaison du passé et de l'avenir: la technologie nous a permis de voir le visage de la chef politique et religieuse de la culture du passé», a souligné le ministre.

    Une analyse a révélé que la femme avait environ 20 ans quand elle est morte, probablement en raison de complications lors de l'accouchement ou de la grossesse. Ses jambes, les pieds et le visage étaient couverts de tatouages avec des symboles magiques — serpents et araignées. Lady Cao a été enterrée avec des objets d'or et de cuivre. A en juger par la richesse de l'enterrement, elle était vraisemblablement une prêtresse ou même une dirigeante politique.

    Les restes de Lady Cao ont été retrouvés en 2006 dans une pyramide d'argile en ruine près de la ville de Trujillo.

    Lire aussi:

    L’ADN des momies égyptiennes analysé pour la première fois
    L' ADN de 90 momies égyptiennes enfin déchiffré
    Égypte: 17 momies découvertes dans une région pauvre en sites archéologiques
    Tags:
    enterrement, princesse, momie, Pérou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik