Sci-tech
URL courte
73711
S'abonner

Quatre à cinq tasses de café par jour protègent contre le cancer du foie, le diabète et la démence, estime le professeur Jürgen Vormann, de l'Université de Munich, sujet qui a intéressé Sputnik.

Tout indique que l'ère de la critique du café touche à sa fin, de nouvelles études de médecins nutritionnistes attestant au contraire des effets positifs du café qui ralentit le vieillissement, mais diminue aussi et surtout de 50%, selon l'étude Meta publiée en mai 2017, le risque de cancer du foie.

Selon le professeur Jürgen Vormann, chercheur à l'Ismaninger Institut pour la prévention et la nutrition et conseiller scientifique de la Croix Verte, le café diminue le risque de maladies du foie, de diabète et de différentes formes de démence en raison des diverses substances qui le composent.

«Tout le monde sait que la caféine est une substance très stimulante et on n'ignore pas non plus que le café renferme aussi d'autres éléments, notamment des antioxydants qui peuvent nous protéger contre divers facteurs négatifs», rappelle le professeur.
Et d'ajouter que la consommation de quatre à cinq tasses de café par jour était idéale.

Selon le scientifique, ceux qui prétendent que le thé est plus utile pour la santé se trompent, mais il ne faut toutefois pas abuser de café.
Jürgen Vormann dément aussi le mythe selon lequel le café fait monter la tension artérielle, menant à terme à des maladies cardiovasculaires et des infarctus.

«Il n'en est rien. Il a même été établi qu'à long terme le café protégeait contre l'hypertension et par conséquent contre les maladies cardiovasculaires», a-t-il résumé.

Lire aussi:

Une voiture percute une terrasse à Paris, faisant au moins un mort et plusieurs blessés
Ce pays pourrait rapidement devenir «un super-propagateur du Covid»
Florian Philippot utilise un pass sanitaire pour se rendre à une manifestation anti-pass à Rome
Pass sanitaire: pour les forains, le gouvernement a donné le «coup de grâce à l’activité économique»
Tags:
thé, cafétéria, vieillissement, maladies, Croix verte internationale, Sputnik, Université de Munich, Jürgen Vormann, Allemagne, Munich
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook