Sci-tech
URL courte
29164
S'abonner

À votre avis, qu’est ce qui met le plus notre vie en danger? 50 lauréats du prix Nobel ont dressé la liste des facteurs et des événements qui menacent la survie de l’humanité. Combien saurez-vous en deviner?

Le journal britannique Times Higher Education a mené un sondage auprès de 50 lauréats du prix Nobel dans les domaines de la physique, de la chimie, de la physiologie (ou médecine) et de l'économie. Le média a notamment sondé l'opinion des scientifiques sur les menaces mondiales contre l'humanité et leur a posé des questions sur l'éventualité d'une concurrence de l'intelligence artificielle avec les homo sapiens.

Ainsi, il s'est avéré que pour 34% des scientifiques la croissance de la population et la dégradation de l'environnement (réchauffement climatique) sont les problèmes les plus pressants. Une guerre nucléaire fait peur à 23% d'entre eux, tandis que 8% sont préoccupés par le développement des maladies infectieuses et de la résistance aux médicaments.

Répondant à la question «Est-ce que l'emploi de l'intelligence artificielle et des robots réduira le besoin en chercheurs humains», 24% ont répondu «certainement pas» ou «possible», et un seul d'entre eux (2%) a déclaré «certainement oui». Un autre scientifique a souligné que «les robots n'avaient pas d'imagination».

Cependant, le PDG de la société SpaceX, Elon Musk, ainsi que le scientifique britannique Stephen Hawking (qui ne sont pas lauréats du prix Nobel) ont à plusieurs reprises cité l'intelligence artificielle comme étant l'un des dangers qui menacent l'humanité.

 

Lire aussi:

La mère de Yuriy accusée d'exploitation de femmes de ménage ukrainiennes, selon Libération
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
AstraZeneca refuse de participer à une réunion avec l'UE sur ses retards de production du vaccin
Yuriy est soupçonné d’appartenir à une bande violente et d’être connu des services de police
Tags:
menaces, prix Nobel, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook