Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    L'humanité découvrirait le secret de la vie éternelle d'ici à 30 ans

    © Sputnik .
    Sci-tech
    URL courte
    39815

    Dans un entretien accordé à la chaîne russe RT, un scientifique et futurologue américain a révélé comment la recherche scientifique rapproche l'humanité de l'immortalité.

    Au cours des 30 prochaines années, l'humanité développera des technologies de rajeunissement qui permettront de «vivre éternellement», considère le scientifique et futurologue américain José Luis Cordeiro.

    «J'espère rester en relativement bonne forme encore 20 ou 30 ans. D'ici là, les technologies de rajeunissement auront été mise au point. Qui plus est, d'ici à 30 ans, j'espère ne pas vieillir de 30 ans, mais au contraire rajeunir, car nous aurons les technologies de rajeunissement qui nous permettront de vivre éternellement», a-t-il déclaré dans un entretien accordé à RT.

    «Les moustiques sont d'ores et déjà capables de vivre jusqu'à un âge équivalant à 400 ans pour l'homme, quant aux vers, ils peuvent vivre jusqu'à [l'équivalent] de 600-1.000 ans. Nous apprenons toujours quelque chose de nouveau et ces résultats n'ont été atteints qu'en 10 ans. Imaginez donc ce qui se passera d'ici 10 ans!», relate José Luis Cordeiro.

    Et d'ajouter que lorsque ces technologies auront été perfectionnées, elles pourront être appliquées aux humains.

    «Nous pourrons vivre plus longtemps, tout en préservant notre organisme en bon état. Notre objectif final est la possibilité de vivre éternellement», a-t-il ajouté, soulignant que la vie humaine n'a pas de limite biologique.

    «D'ailleurs, certaines cellules sont immortelles. Les meilleures d'entre elles sont les cellules souches. La durée de leur vie est illimitée», est-il persuadé.

    Lire aussi:

    Les oursins sont-ils immortels?
    Notre cerveau bientôt immortel?
    Une découverte sensationnelle sur le cancer
    Tags:
    rajeunissement, cellules, recherche, immortalité, science, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik