Sci-tech
URL courte
Technologies Made in Russia (160)
0 70
S'abonner

L'invention de l'étudiant du MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) de l'Université nationale de recherche nucléaire permettra de contrôler le niveau de concentration en gaz hydrocarbures dans les sous-sols des bâtiments, les édifices et les systèmes utilitaires.

Dmitri Sevastianov, étudiant en troisième année au MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) de l'Université nationale de recherche nucléaire a inventé un module pour smartphone afin de détecter les gaz hydrocarbures.

Ce dispositif sera accessible à tous pour mesurer la pollution gazeuse dans les locaux qui pourraient y être exposés. Cette invention est destinée avant tout au personnel effectuant différents travaux dans les sous-sols des bâtiments, les édifices et les systèmes utilitaires. En cas de mauvaise ventilation, c'est en effet dans ces endroits qu'existe un risque potentiel d'accumulation de gaz hydrocarbures.

L'appareil permet d'identifier et de déterminer la concentration en gaz dangereux et inflammables comme le méthane, le propane, le monoxyde de carbone et l'hydrogène. Les informations enregistrées sont affichées sur l'écran d'un smartphone. Le coût d'un tel appareil est bien plus bas que les analyseurs de gaz utilisés actuellement par les entreprises (Signal, ChI-10, ChI-11).

Un étudiant du MEPhI invente un module pour smartphone afin d'identifier les gaz dangereux
© Photo. MEPhI

A l'heure actuelle, ces analyseurs de gaz coûteux permettent de mesurer le taux de vapeurs et de gaz dangereux dans l'air. En parallèle, on utilise également des analyseurs de gaz individuels mais ces derniers sont prévus pour mesurer la concentration de seulement un ou deux gaz à la fois.

"Le dispositif de Dmitri Sevastianov permet de déterminer la concentration de plusieurs gaz (propane, méthane, hydrogène, monoxyde de carbone), ainsi que de mesurer plusieurs paramètres physiques tels que la température ou l'humidité", a déclaré sa directrice de recherche Natalia Ermolaeva, maître de conférences du MEPhI.

D'après l'inventeur en personne, l'interface est un module microcontrôleur RobotDyn UNO — un analogue d'Arduino UNO, entièrement compatible avec Android.

"Le dispositif comprend trois appareils: un smartphone; une unité d'interface (module Arduino) avec des capteurs pour mesurer les grandeurs; et un canal de liaison du module Arduino avec le smartphone", explique Dmitri Sevastianov.

Le principe de fonctionnement du gadget est relativement simple. Il faut d'abord allumer le module et établir la connexion avec le smartphone. Ce dernier affiche alors une fenêtre de dialogue où l'utilisateur choisit la valeur mesurée — par exemple, la concentration en méthane.

Les données obtenues sont envoyées par le canal de liaison au module Arduino. Le module active le capteur approprié (en l'occurrence le capteur de mesure de concentration des gaz) et traite les données reçues. Le résultat d'analyse est envoyé sur le smartphone où il est affiché à l'écran.

Puis, en l'absence de commande de l'utilisateur, le dispositif mesure de manière cyclique la concentration en gaz. Si l'utilisateur choisit une autre valeur mesurée (par exemple, la concentration en propane), l'appareil effectuera cycliquement les mesures de cette valeur selon le même algorithme.

Les mesures sont réalisées grâce à un ensemble de capteurs connectés au module. Il entretient le travail de cinq capteurs à la fois, sachant que chacun d'eux peut être remplacé grâce au principe de modularité. En installant un nouveau capteur, il suffit simplement de changer le code et de reprogrammer le module.

Dossier:
Technologies Made in Russia (160)

Lire aussi:

Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
Trump veut «un pacte nucléaire» avec la Russie, le Kremlin lui répond
«Folie furieuse de Macron», «idéologie des eurodingos»: bientôt un impôt européen?
Camélia Jordana intervient et perturbe un contrôle de police en plein Paris
Tags:
invention, hydrocarbures, gaz, smartphones, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook