Sci-tech
URL courte
350
S'abonner

Des observations menées en 2017 par les scientifiques de la NASA ont démontré que la destruction de la couche d’ozone enregistrée à la fin de chaque hiver sur l’hémisphère sud au-dessus de l’Antarctique était la plus faible depuis 1988.

À l'issue d'observations effectuées dans le courant de l'année à l'aide du satellite Aura, les scientifiques de la NASA ont annoncé que la destruction de la couche d'ozone, phénomène analysé tous les ans à la fin de l'hiver, avait diminué au-dessus de l'Antarctique, revenant ainsi aux paramètres enregistrés pour la dernière fois en 1988.

«Cette année, la destruction de la couche d'ozone a été exceptionnellement faible. C'est d'ailleurs ce à quoi nous nous attendions», a déclaré le spécialiste dans le domaine des sciences géologiques de la NASA, Paul Newman.

Comme l'indiquent les résultats publiés par la NASA, depuis 1991, la taille maximale moyenne du trou dans la couche d'ozone représentait environ 26 millions de kilomètres carrés. Cette année, elle a atteint le maximum le 11 septembre, s'étendant à 19,6 millions de kilomètres carrés, ce qui équivaut à deux fois la superficie des États-Unis.

Parmi les facteurs qui auraient pu influencer la taille du trou en 2017, les chercheurs ont identifié un cyclone antarctique particulièrement chaud cette année, susceptible de réduire la quantité de nuages nacrés provoquant des réactions entre le chlore et le brome, qui, à leur tour, exercent une influence néfaste sur la couche d'ozone.

Néanmoins, selon les scientifiques, il serait faux de croire, en voyant ces résultats, que la destruction de la couche d'ozone pourrait prendre fin un jour. Par contre, elle pourrait diminuer progressivement puisque la quantité de chlorofluorocarbures (CFS) dans l'atmosphère continue de baisser.

Ainsi, les spécialistes estiment que vers 2070, le trou de la couche d'ozone aura la même taille qu'il avait en 1980.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
atmosphère, couche d'ozone, chercheurs, science, NASA, Antarctique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook