Sci-tech
URL courte
Technologies Made in Russia (160)
2120
S'abonner

Les spécialistes du MEPhI (Institut d'ingénierie physique de Moscou) de l'Université nationale de recherche nucléaire ont proposé un moyen d'accroître la fiabilité des futurs réacteurs nucléaires en ralentissant la réaction en chaîne dans leurs zones actives, a annoncé le service de presse du MEPhI.

Dans le cadre de la subvention présidentielle pour le soutien aux jeunes chercheurs russes candidats en sciences à la chaire de la physique théorique et expérimentale des réacteurs nucléaires, le MEPhI mène un projet visant à augmenter la fiabilité des réacteurs nucléaires.

"Il est proposé d'entourer la zone active du réacteur d'un réflecteur constitué d'un isotope stable de plomb-208", a noté le directeur du projet Evgueni Koulikov.

Les principales propriétés du plomb-208 sont son poids atomique élevé et la probabilité extrêmement faible qu'il absorbe des neutrons. Les neutrons passent ainsi relativement beaucoup de temps dans le réflecteur, tout en étant très peu absorbés.

"Finalement, pratiquement tous les neutrons reviendront du réflecteur dans la zone active avec un retard significatif. Cela signifie un ralentissement de la réaction en chaîne de scission. Autrement dit, les processus de transition, y compris accidentels, évolueront plus lentement. Cela améliore les capacités de contrôle du réacteur et augmente donc sa fiabilité réacteur", explique Evgueni Koulikov.

Selon les participants au projet, l'utilisation concrète des résultats de leur travail permettra non seulement d'améliorer la fiabilité des futurs réacteurs nucléaires à neutrons rapides, mais également de diminuer leur coût.

L'isotope naturel de plomb-208 prévaut (jusqu'à 90%) dans ce qu'on appelle le plomb radiogène qui peut être obtenu à partir de minerais de thorium et de thorium-uranium.

Les réacteurs à neutrons rapides, estime-t-on, comportent de grands avantages pour le développement de l'énergie nucléaire du futur. Ainsi, il sera possible de clore le cycle combustible nucléaire, grâce à quoi la base combustible de l'énergie nucléaire sera significativement agrandie grâce à une plus grande reproduction du combustible nucléaire. Apparaîtra également la possibilité de réduire les déchets radioactifs en "brûlant" les radionucléides dangereux. Les experts indiquent que la Russie occupe la première place mondiale en matière de technologies de construction de réacteurs à neutrons rapides.

Dossier:
Technologies Made in Russia (160)

Lire aussi:

Trump: la Russie a envoyé un «très, très grand avion» d'équipements médicaux aux USA
Voici quelques options secrètes des voitures que leurs propriétaires ignorent souvent
Voici la température qui tue le coronavirus
Trump menacé d’une «épidémie surprise»: la curieuse prémonition de 2017
Tags:
réacteur, chercheurs, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook