Ecoutez Radio Sputnik
    Dans un laboratoire

    Des chercheurs révèlent la grande erreur des médecins lors du diagnostic du diabète

    © Sputnik . Andrey Starostin
    Sci-tech
    URL courte
    4271

    Parfois les médecins ont tort d'attribuer le diabète de type 1 essentiellement aux enfants, selon la revue The Lancet Diabetes & Endocrinology.

    Nombre de médecins se trompent en estimant que le diabète de type 1 est une maladie dont souffrent surtout les enfants, constate une étude publiée par la revue spécialisée The Lancet Diabetes & Endocrinology.

    Or, c'est ainsi que la maladie est souvent classée dans les instructions médicales, a rappelé l'un des auteurs de l'étude, Richard Oram, de l'Université d'Exeter, en Angleterre. Cela étant, lorsque les médecins constatent des symptômes de diabète chez un adulte, ils ont tendance à diagnostiquer un diabète de type 2.

    Les chercheurs indiquent que c'est une erreur lourde de sérieuses conséquences.

    «C'est étonnant, mais presque la moitié des cas de diabète de type 1 se déclare à l'âge adulte et plus de 40% sont enregistrés après 30 ans. La maladie atteint tant les enfants que les adultes, mais dans certains cas, le diabète de type 1 peut se cacher parmi un grand nombre de cas de diabète de type 2», a-t-il expliqué.

    Le professeur Andrew Hattersley a constaté pour sa part que le diabète de type 1 était difficile à diagnostiquer chez les malades d'âge moyen et avancé. Or, le choix du traitement dépend de la précision du diagnostic. Si dans le premier cas, le taux de sucre anormalement élevé dans le sang ne peut être contrôlé que par des injections quotidiennes d'insuline, dans le deuxième il est possible de se limiter à un régime et des comprimés.

    En outre, une erreur de diagnostic pourrait provoquer une acidocétose diabétique, une complication du diabète de type 1 capable d'entraîner la mort en cas de manque d'insuline.

    L'étude rappelle qu'il y a une dizaine d'années, les médecins avaient établi un mauvais diagnostic à la Première ministre britannique Theresa May, estimant qu'elle souffrait de diabète de type 2. Elle s'est vu prescrire un traitement par comprimés, mais la thérapie est restée sans effet.

    Lire aussi:

    L'homme qui a une femme obèse risque lui aussi d’être atteint d'obésité
    Voici pourquoi votre dentifrice peut être dangereux pour votre santé
    Des cellules antidiabétiques créées en Russie
    Tags:
    médecine, diabète, Theresa May, Angleterre
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik