Ecoutez Radio Sputnik
    Jeux vidéo

    Des scientifiques ont démontré l’effet bénéfique des jeux vidéo pour les personnes âgées

    CC0 / Pixabay/ StockSnap
    Sci-tech
    URL courte
    130

    Les jeux vidéo améliorent les performances de la mémoire et le fonctionnement du cerveau chez les personnes âgées, d’après des scientifiques de l’Université de Montréal qui viennent de publier les résultats de leur étude dans la revue PLOS One.

    Des études scientifiques ont déjà prouvé que chez certains sujets jeunes la pratique des jeux vidéo permettait d’augmenter la quantité de matière grise dans l’hippocampe (une partie du système limbique du cerveau).

    Des chercheurs de l’Université de Montréal ont invité 33 personnes âgées de 55 à 75 ans à prendre part à une étude similaire. Les sujets de l’expérience ont été divisés en trois groupes. Le premier jouait à Super Mario 64, le deuxième apprenait à jouer du piano et le troisième ne se prêtait à aucune activité particulière. Durant les 6 mois qu’a duré l’expérience, les cobayes ont subi des IRM et ont été soumis à des tests cognitifs.

    Les scientifiques ont mesuré la quantité de matière grise dans plusieurs zones du cerveau: l’hippocampe qui est, en autres, impliqué dans la transformation de la mémoire à court-terme en mémoire long-terme; le cortex préfrontal dorso-latéral où sont formées les décisions et la planification des actions; le cervelet qui joue un rôle dans la coordination des mouvements et de l’équilibre.

    Il ressort de l’étude que la quantité de matière grise chez les sujets du premier groupe a augmenté. De plus, leur faculté de mémorisation à court-terme s’est améliorée.

    Chez les sujets qui ont appris à jouer du piano, la quantité de matière grise dans le cortex dorso-latéral a augmenté. Chez les cobayes des deux premiers groupes, elle s’est notamment accrue dans le cervelet. La quantité de matière grise des sujets du groupe de contrôle a diminué dans ces deux zones du cerveau.

    Les chercheurs sont parvenus à la conclusion que, grâce aux jeux vidéo, l’hippocampe crée une carte cognitive de la réalité virtuelle. Cela aide à diminuer le risque d’atrophie de la matière grise, dont souffrent souvent les personnes âgées et qui est responsable de maladies neurologiques comme celle d’Alzheimer. 

    Une enfant qui dessine
    © Sputnik . Igor Zarembo
    Des neurophysiologues de l’Université de la Ruhr à Bochum avaient précédemment réalisé une expérience dont les résultats avaient montré que des joueurs de jeux vidéo étaient capables de mieux retenir et analyser l’information. Des scientifiques britanniques de l’Université de Cardiff avaient par la suite mis en évidence que la passion pour les jeux vidéo n’est pas une forme de dépendance «totale» comme le sont celles à l’alcool ou aux drogues.

    Lire aussi:

    Des chercheurs trouvent une utilité aux jeux vidéo
    Quel cerveau faut-il avoir pour gagner plus?
    Le cerveau des personnes qui réussissent possèderait une particularité fonctionnelle
    Tags:
    hippocampes, IRM, jeux vidéo, maladie Alzheimer, étude, cerveau, Université de Montréal
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik