Sci-tech
URL courte
0 49
S'abonner

La mission de porter la torche olympique des Jeux de Pyeongchang a été confiée à deux robots, dont un humanoïde, Hubo, qui a dû percer un trou dans un mur pour passer le relais. Une vidéo publiée sur Internet montre cet épisode.

Deux robots sud-coréens, dont un robot-sauveteur humanoïde, Hubo, ont porté lundi la flamme des Jeux olympiques d'hiver de Pyeongchang 2018 lors de la troisième journée du relais à Daejeon, en Corée du Sud.

Le robot Hubo, l’un des plus sophistiqués au monde, qui a été conçu en 2004 par l’Institut des sciences et des technologies avancées de Corée (KAIST), a reçu la torche olympique des mains du professeur Dennis Hong, fondateur du Laboratoire de robotique à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA)

Hubo, haut de 120 cm et capable de faire 65 pas par minute, a parcouru une centaine de mètres avec la flamme avant d’atteindre un mur en carton imitant un mur en briques. 

​Muni d’une petite scie, il a percé un trou dans le mur pour passer le relais à son concepteur, le professeur Oh Jun-ho.

Le chercheur a quant à lui passé la torche à un autre robot conçu par KAIST, le FX-2, commandé par un collégien, Lee Jung-jae. Le FX-2 mesure 2,5 m et pèse 280 kg et peut porter un adulte de 70 kg.

«Nous souhaitons montrer, à travers la participation des robots au relais, le niveau de l’industrie robotique coréenne et les différents moyens d’utiliser les robots dans l’avenir», a indiqué Poh Jun-oh.

Selon le site InsideTheGames.biz, consacré à l’organisation des Jeux olympiques, paralympiques et des Jeux du Commonwealth, les deux robots n’étaient pas les premiers à porter la torche olympique. Un robot sous-marin l’avait transportée lors des premières étapes du relais.

Les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang se tiendront du 5 au 25 février 2018. Les organisateurs sud-coréens entendent y utiliser 85 robots humanoïdes en qualité d’assistants.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Tags:
robot, torche olympique, relais de la flamme, FX-2 (robot), Hubo (robot humanoïde), JO 2018 de Pyeongchang, UCLA, Institut des sciences et des technologies avancées de Corée (KAIST), Oh Jun-ho, Daejeon, Corée du Sud
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook