Sci-tech
URL courte
343
S'abonner

La planète rouge ne s’est pas formée à l'endroit où elle se trouve actuellement mais beaucoup plus loin, dans la ceinture principale d’astéroïdes. Ce n’est que plus tard que Mars a «migré» à l’intérieur du système Solaire, ce qui explique certaines particularités de sa composition, rapporte un groupe international de scientifiques.

Les différences entre la Terre et la planète rouge pourraient être dues au fait que Mars n'est pas née à l'endroit où elle se trouve actuellement mais aurait «migré», s'approchant de plus en plus du Soleil, relate un article publié dans la revue spécialisée Earth and Planetary Science Letters.

Cherchant à expliquer cette différence, les spécialistes d'un groupe international de recherche ont simulé le processus de formation des deux planètes
Au cours de leur expérience, les spécialistes ont conclu que Mars pourrait s'être formée à une distance située à plus de 1,5 fois la distance où elle se trouve actuellement par rapport au Soleil, soit dans la ceinture principale d'astéroïdes. En raison de l'instabilité gravitationnelle, Mars aurait ainsi «migré», se rapprochant toujours plus du Soleil.

Ce fait une fois confirmé pourrait donc expliquer, au moins en partie, certaines particularités dans la composition de la planète rouge. En particulier, selon les scientifiques, dans sa jeunesse, Mars aurait contenu davantage d'eau et de gaz légers et les aurait perdus plus tard, sous l'influence du vent solaire et en l'absence de son propre champ magnétique protecteur.

Lire aussi:

Face au «chantage» gouvernemental, ils préfèrent acheter un faux-vrai pass sanitaire par principe - témoignages
Après avoir grimé Macron en Hitler, l’afficheur polémique varois récidive avec une autre caricature
Pass sanitaire: «On n’avait pas connu une telle brutalisation du corps social depuis l’occupation allemande»
«Pète-lui la gueule!»: Mélenchon craque complètement face à un passant – vidéo
Tags:
Mars, espace, science, chercheurs, planète
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook