Sci-tech
URL courte
314
S'abonner

Même si certains pourrait le prendre avec un grain de sel, des spécialistes en neurophysiologie de l’Université de Stockholm en sont convaincus: les capacités olfactives de l’individu seraient bien capables d’indiquer ses préférences politiques...

Au cours de ces dernières années, des spécialistes en neurophysiologie, en biologie et en psychologie ont découvert de nombreuses pistes laissant présager que les préférences sociales et personnelles de l'individu sont étroitement liées au fonctionnement de ses sens et de son évolution par le passé.

Des chercheurs suédois de l'Université de Stockholm ont décidé d'aller plus loin en étudiant les liens entre les capacités olfactives et les préférences politiques des individus, écrit la revue Royal Society Open Science.

Ayant comparé la réaction des participants à l'expérience à différentes odeurs, notamment la transpiration, avec leurs visions politiques, les scientifiques ont établi un lien intéressant: plus les bénévoles étaient sensibles aux odeurs désagréables du corps et plus ils étaient effrayés par les bactéries et les virus, plus ils étaient favorables aux dirigeants autoritaires et aux régimes dictatoriaux.

«Nous avons découvert un lien très net entre la réaction prononcée des gens aux odeurs et leur envie d'avoir un dirigeant fort ou même un dictateur, capable d'étouffer des manifestations radicales et d'assurer la stabilité sociale. Dans de telles sociétés, les contacts entre les différents groupes sociaux diminuent, ce qui en théorie devrait protéger ses membres de la propagation des maladies», explique Jonas Olofsson, spécialiste de l'Université de Stockholm.

Selon le chercheur, l'existence de ce lien explique que la propension à l'autoritarisme ou au libéralisme pourrait être biologiquement conditionnée et liée à la capacité de nos ancêtres de s'adapter à vivre au sein de groupes denses. Ainsi, un sentiment de dégoût fortement prononcé pourrait protéger la population des épidémies et d'autres maladies contagieuses.

«Nous ne disons pas nécessairement que ces préférences, prédéterminées au niveau biologique, ne peuvent être changées. Les dernières expériences et les observations montrent que des contacts entre libéraux et partisans de l'autoritarisme conduisent à ce que leurs positions changent lorsqu'ils apprennent quelque chose de nouveau», a-t-il conclu.

A l'avenir, les scientifiques envisagent d'étudier d'une manière plus approfondie ces réactions afin de comprendre quelles odeurs pourraient pousser un individu à avoir une attitude négative envers les porteurs d'idées différentes et s'il serait capable de changer son point de vue.

Lire aussi:

Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Pour Macron, «le pic de la seconde vague est passé», une «nouvelle étape» s'annonce
Tags:
odorat, odeur, chercheurs, politique, science, Suède
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook