Ecoutez Radio Sputnik
    Astronaut américain Scott Kelly

    La NASA révèle si une modification de l’ADN d’un astronaute en orbite est en fait possible

    © REUTERS / NASA
    Sci-tech
    URL courte
    3012

    L’information diffusée par des médias selon laquelle l’ADN de l’astronaute américain Scott Kelly a irréversiblement changé, à l’issue d’une année passée dans la Station spatiale internationale, s’est avérée fausse. En fait, il y avait des changements mais pas directement de l’ADN.

    Des médias avaient faussement relaté du changement de l'ADN de l'astronaute Scott Kelly après son séjour d'un an dans la Station spatiale internationale (ISS), annonce le portail The Verge.

    Cette erreur est due à une interprétation incorrecte du communiqué de la NASA concernant le projet Twins Study, dans lequel l'ADN de Scott a été comparé à celui de son jumeau Mark qui n'avait pas quitté la Terre.

    Selon la NASA, des centaines de mutations du génome de Scott Kelly ont été enregistrées. Toutefois, cela n'implique pas des changements de l'ADN.

    «L'AND de Scott n'a pas fondamentalement changé. Les chercheurs n'ont fait qu'observer des changements de l'expression génique [processus de transformation d'information génétique, ndlr], la façon dont votre corps réagit à votre environnement. Ceci est susceptible de ce produit pour les humains dans le cadre du stress, de l'alpinisme ou de la plongée», a déclaré un porte-parole de l'agence spatiale cité par The Verge.

    Ainsi, dans ce cas, l'ADN est resté le même mais avec quelques changements de ses fonctions.

    De plus, 93% de l'expression génique de M.Kelly est revenue à la normale, à son retour de l'espace.

    «Avoir 7% de son expression génique changée après un vol spatial ne veut pas dire que 7% de son ADN a changé ou que ces changements étaient obligatoirement liés à des mutations», a indiqué Nichole Holm, généticienne de l'université de Californie à Davis.

    Cela étant, les changements susmentionnés ont pu être provoqués avant le vol à cause de facteurs ordinaires de l'environnement tels que le rayonnement ultraviolet du Soleil ou fumer.

    «Des mutations se produisent tout le temps avec le vieillissement d'une personne», a ajouté Dan Arking, professeur de médicine de l'université Johns-Hopkins.

    Pourtant, il ne faut pas exclure que ces changements ont eu lieu lors de l'expédition de M.Kelly. Selon la NASA, c'est le stress du vol qui aurait pu les engendrer.

    «Si vous placez quelqu'un dans un environnement stressant ou différent, ils auront des changements de l'expression des gènes. Si vous habitez à une haute altitude pour longtemps, vous ferez face à des différences de l'expression génique», a confirmé Dan Arking.

    Lire aussi:

    L’humanité survivra-t-elle à des mutations dangereuses d’ADN?
    Inverser le vieillissement serait désormais possible et voici comment
    Le danger du stress permanent expliqué par des scientifiques russes
    Tags:
    mutation, gènes, astronautes, ADN, espace, Université Johns-Hopkins, NASA, Terre, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik