Ecoutez Radio Sputnik
    extraterrestre humanoïde

    L’ADN de l’«extraterrestre humanoïde» d’Atacama enfin décrypté

    © Photo. Bhattacharya S et al.
    Sci-tech
    URL courte
    283326

    Quinze ans après sa découverte, Ata, cet «alien» trouvé dans le désert d’Atacama, s’est mis à parler. L’examen de ses gènes ont permis aux scientifiques américains de tirer des conclusions qui risquent de faire déchanter les partisans des théories extraterrestres.

    Le célèbre «alien» à crâne allongé et ne mesurant que 15 centimètres, dont le corps a été découvert en 2003 dans le désert d’Atacama, au Chili, était en réalité un enfant souffrant d’un sérieux dysfonctionnement des gènes responsables de la croissance des os, apprend-on d’un article paru dans le journal Genome Reseatch.

    «Aujourd’hui, nous pouvons le confirmer avec certitude, ce n’est pas un extraterrestre, mais un enfant soit prématuré, soit au contraire né plus tard que le terme et mort pratiquement tout de suite après sa venue au monde. Je pense que sa dépouille devrait être retournée au Chili et enterrée selon les traditions des peules locaux», a déclaré Garry Nolan, généticien de l’Université Stanford, aux États-Unis.

    ​Comme le précise M.Nolan, Ata, le nom donné à cet «humanoïde», ressemble à un alien non seulement de l’extérieur mais aussi de l’intérieur. Par exemple, malgré sa petite taille, les os de son squelette ressemblent par leur niveau de formation à celle d’un enfant de huit ans. En outre, il a 10 paires de côtes et non 12 comme le reste des hommes.

    En 2013, Nolan et ses collègues avaient réussi à déchiffrer une partie de l’ADN d’Ata et avaient constaté que la dépouille appartenait bel et bien à un être humain. Il restait donc à établir la cause de sa malformation.

    Les scientifiques ont dont dû décrypter le génome d’Ata et analyser quelque trois millions de petites mutations qu’il contenait. Au bout du compte, ils ont réussi à déterminer une soixantaine de gènes liés au développement de la scoliose et aux perturbations de la synthèse de collagène. L’étude a en outre démontré qu’Ata ne pouvait pas avoir huit ans au moment de son décès, mais était mort soit avant la naissance, soit peu après sa naissance.

    Durant de nombreuses années, les partisans des théories de l’existence d’une vie sur d’autres planètes ont souvent fondé leurs propos sur deux «preuves»: le corps d’Alyoshenka, alien présumé découvert en 1996 près de Kychtym, dans l’Oural, et son «cousin» Ata, découvert à Atacama, en 2003.

    Contrairement à Alyoshenka, dont le corps a été détruit avant qu’il ne puisse être examiné par des spécialistes qualifiés, les restes d’Ata sont étudiés par des scientifiques depuis voilà 15 ans.

    Les scientifiques espèrent que la poursuite de l’examen des gènes d’Ata aidera à établir la cause de toute une série de maladies innées liées au développement du squelette et espèrent apprendre à les traiter.

    Lire aussi:

    Ça fait froid dans le dos: les trouvailles archéologiques les plus macabres de l’histoire
    En attendant un chirurgien, il compresse avec ses mains une plaie ouverte durant 8 h
    L'humanoïde d'Atacama: les Chiliens prennent sa défense
    Tags:
    scientifiques britanniques, gènes, ADN, bébé, extraterrestres, Université Stanford, désert d'Atacama, Chili, Oural
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik