Ecoutez Radio Sputnik
    Un astéroïde (image d'illustration)

    Les conséquences d'une éventuelle collision d’un astéroïde avec la Terre révélées

    CC0 / Pixabay/Frantisek_Krejci
    Sci-tech
    URL courte
    3124

    Des scientifiques de l'Université Brown (État de Rhode Island, Etats-Unis), «armés» de l'équipement de la Nasa, ont réussi à simuler une collision entre la Terre et un astéroïde se déplaçant à une vitesse de 18.000 km/h.

    Une équipe de chercheurs de l'Université Brown s'est penchée sur la question de savoir combien d'eau un astéroïde pourrait apporter à notre planète en cas de collision éventuelle pour vérifier une nouvelle hypothèse de l'apparition de l'eau sur Terre, rapporte la revue Science Advances.

    En même temps, les scientifiques tiennent à souligner que la théorie actuelle à ce sujet repose sur le principe que l'eau à la surface de l'astéroïde s'évapore sous l'influence de divers facteurs lors de son «voyage» dans l'espace. Cependant, selon l'un des co-auteurs de l'étude, Peter H. Schultz, «la nature peut être plus compliquée et pour cela nous devons donc mener des expériences».

    Les experts ont utilisé du minéral antigorite comme astéroïde de substitution et de la pierre ponce pour imiter la surface de la Terre. Ils ont laissé les roches entrer en collision à la vitesse de 18.000 km/h, soit la vitesse à laquelle les astéroïdes se heurtent dans la ceinture principale de notre système solaire.

    Lorsqu'ils ont analysé les cratères laissés par les collisions, les chercheurs ont constaté que «l'astéroïde» avait laissé au moins 30% de son eau à la surface de la «Terre». En d'autres termes, ils affirment avoir forgé une nouvelle théorie selon laquelle les astéroïdes transportent de l'eau intergalactique.

    Lire aussi:

    L'homme peut apprendre à contrôler l'orbite des astéroïdes
    L’«astéroïde de la mort» devrait passer à côté de la Terre en juillet
    Le plus vieux groupe d’astéroïdes du Système solaire découvert par des astronomes
    Tags:
    recherches, expérience, astéroïde, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik