Sci-tech
URL courte
6222
S'abonner

Vivre dans un environnement urbain sans animal de compagnie est susceptible de nuire à notre santé mentale, affirme une équipe de chercheurs de l'Université d'Ulm (Allemagne) et de l'Université du Colorado (États-Unis).

Des scientifiques allemands et américains ont démontré que l'absence d'animaux de compagnie pouvait affecter à la longue notre santé mentale, relate la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.

Quarante volontaires allemands âgés entre 20 et 40 ans ont pris part aux recherches. La moitié des participants a grandi dans une ferme entourée d'animaux, tandis que l'autre moitié a toujours vécu en ville et a très rarement été en contact avec des animaux de compagnie.

Les volontaires ont été invités à résoudre un problème mathématique relativement simple durant un temps imparti. Pour étudier leurs réactions immunitaires, des échantillons de sang et de salive leur ont été prélevés cinq minutes avant le test et 15, 60, 90 et 120 minutes respectivement après celui-ci.

Les chercheurs ont ainsi constaté un niveau élevé de cellules mononucléaires de sang périphérique chez les participants du second groupe, ce qui constitue une composante majeure de la réponse immunitaire à des situations stressantes.

Chez les volontaires qui ont grandi dans une ferme, la réaction au stress était plus modérée, ce qui pourrait réduire les risques de développement d'une maladie mentale, soulignent les chercheurs.

Selon les scientifiques, les micro-organismes transmis par les animaux de compagnie à leurs maîtres rendent ces derniers plus résistants au stress, le système immunitaire de la bactérie parvenant en l'occurrence à atteindre un équilibre dans le processus inflammatoire et à prévenir le risque de développer des allergies, des maladies auto-immunes et des troubles mentaux.

Lire aussi:

Polémique: la chaîne française M6 s’attire les foudres des Maghrébins
Pour le Pr Raoult, l'épidémie actuelle est «une autre maladie» qui «n’a rien à voir» avec celle de mars-avril
Enedis veut couper l'électricité de Bernard Tapie: «Ce qu'ils veulent, c'est ma peau»
Des zones «écarlates» et «super-rouges» délimitées sur une nouvelle carte de France
Tags:
stress, animaux, Allemagne, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook