Ecoutez Radio Sputnik
    L'abus d'alcool est dangereux pour la santé

    Des scientifiques américains testent avec succès un nouveau médicament contre l'alcoolisme

    © Sputnik . Alexey Kudenko
    Sci-tech
    URL courte
    450

    Un nouveau médicament expérimental contre l'alcoolisme a été testé sur des rats et des vers, qui ont été guéris de leur addiction, affirme un article publié par la revue Neuropsychopharmacology. Les scientifiques espèrent passer prochainement à des essais cliniques.

    Des biologistes moléculaires de l'Université du Texas à Austin ont mis au point et ont testé un nouveau médicament expérimental contre l'alcoolisme qui a entièrement fonctionné sur des rats et des vers, indique un article publié par la revue Neuropsychopharmacology.

    «Il existe d'autres médicaments expérimentaux contre l'alcoolisme, mais ils n'ont qu'une action limitée sur l'homme ou donnent des effets indésirables. Notre substance, le JVW-1034, agit, elle, sur une autre chaîne de neurones et évite ces effets», a précisé James Sahn, chercheur à l'université.

    Ces dernières années, les scientifiques ont établi que l'alcoolisme se développait non pas en raison d'un manque de volonté ou d'autres problèmes de caractère, mais suite à des mutations dans les gènes responsables de la transformation de l'éthanol et du fonctionnement de certains secteurs liés au plaisir, au self-control et au comportement impulsif.

    Ces découvertes ont relancé l'intérêt des chercheurs pour la mise au point de médicaments capables de «corriger» le fonctionnement de ces tronçons d'ADN et de parties du cerveau qui y sont liées afin d'aider les malades à se débarrasser de leur dépendance.

    James Sahn rappelle que les récepteurs sigma auxquels s'attachent les molécules de cocaïne et d'opiacés sont considérés depuis longtemps comme l'un des principaux coupables de la dépendance aux drogues. Son équipe a synthétisé plusieurs centaines de molécules capables de bloquer le fonctionnement de ces récepteurs avant de sélectionner les versions les plus efficaces.

    L'expérience consistait à placer des nématodes dans de la terre imbibée d'alcool pour vérifier par la suite comment bougeaient les vers «soignés» ainsi. Parmi ces médicaments, le meilleur était le JVW-1034. La substance a été administrée un peu plus tard à des rats «alcooliques». Même des doses assez modestes du médicament ont libéré les rats de leur dépendance. Les quantités d'alcool consommées par les animaux ont été réduites de 30% dès les premières administrations du médicament.

    James Sahn espère que le succès de ces expériences permettra de passer prochainement aux essais cliniques.

    Lire aussi:

    On devient accro à l’alcool pour cette raison
    Et si n’importe quelle dose d'alcool avait des effets néfastes pour la santé?
    La norme idéale de consommation d'alcool déterminée
    Tags:
    ADN, gènes, essais cliniques, expérience, médicaments, alcool, dépendance, Université du Texas, Austin, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik