Sci-tech
URL courte
165
S'abonner

La première collision d'électrons et de positrons a été observée dans le collisionneur SuperKEKB au centre international KEK, dans la ville de Tsukuba, au Japon, le détecteur Belle II ayant enregistré l’événement. Konstanin Belotski, de l’Université nationale de recherches nucléaires MEPhI, a parlé à Sputnik de la portée de cette expérience.

La tâche actuelle des chercheurs consiste à augmenter au maximum la fréquence des collisions entre la matière et l'antimatière, et l'accélérateur de particules SuperKEKB y est très utile, car il permet d'enregistrer même les collisions extrêmement rares de particules élémentaires avec une précision jamais atteinte auparavant, a indiqué Konstanin Belotski à Sputnik.

«Cette possibilité d'étudier les particules à un niveau technologique aussi élevé est vraiment incroyable, car il est très difficile en général de contrôler les particules», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'expliquer qu'on pouvait réguler la vitesse de la machine, mais pas celle des molécules à l'intérieur, leur mouvement étant tout à fait chaotique.

«Pourtant, le collisionneur japonais SuperKEKB, dont les éléments les plus importants ont été créés avec la participation de physiciens russes, nous permettra d'observer et d'étudier tous ces processus plus en détail, ce qui pourrait nous rapprocher de nouveaux mystères des lois physiques qui se caractérisent par des symétries spéciales, susceptibles toutefois d'être perturbées», a poursuivi le physicien.

Selon ce dernier, l'expérience en question vise essentiellement à trouver de nouvelles particules, inconnues jusqu'ici, et à connaître les causes de la domination de la matière sur l'antimatière qu'on observe dans notre Univers.

«L'étude de ce processus est d'une immense signification fondamentale pour la science. Nous savons que la symétrie, c'est une loi de la nature, mais il s'avère qu'elle a été "violée". Il se peut que cela ait joué un rôle déterminant dans l'apparition de notre Univers», a supposé M.Belotski.

L'accélérateur SuperKEKB est le prolongement de la grande expérience internationale de Belle menée au laboratoire KEK à l'aide du collisionneur KEKB dans les années 1999 à 2010.

À la différence du Grand collisionneur de hadrons du CERN, le plus puissant accélérateur de particules, SuperKEKB/Belle II est conçu pour avoir la plus haute luminosité du monde et le plus important facteur de collision entre particules par seconde.

Lire aussi:

Le nombre de cas quotidiens de Covid-19 en baisse en France
L'armée syrienne repousse une attaque aux missiles de l'aviation israélienne près de Damas
Macron répond aux antivax, «irresponsables» et «égoïstes»  
Un ancien élève de Saint-Cyr aurait réclamé 10 millions d’euros pour organiser un coup d’État à Madagascar
Tags:
chercheurs, mystère, univers, expérience, particules, collisions de protons, physicien, SuperKEKB, Sputnik, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Konstanin Belotski, Russie, Tsukuba, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook