Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Des chercheurs du MEPhI développent un assistant virtuel de compositeur

    CC0 / Pixabay
    Sci-tech
    URL courte
    0 31

    Les spécialistes de l'Institut de systèmes intellectuels cybernétiques de l'Université nationale de recherche nucléaire MEPhI élaborent un système informatique – un assistant virtuel de compositeur capable de déterminer les émotions humaines et suivre sa logique, a annoncé le service de presse de l'université.

    En dépit de l'existence de la théorie musicale développée, la création de la musique ne se soumet toujours pas à l'algorithmisation formelle à cause d'un lien indissociable avec la vie émotionnelle de l'homme-créateur. L'étude de cet aspect du processus créatif représente un grand intérêt pour les spécialistes de l'intellect de machine.

    Aujourd'hui les chercheurs peuvent déjà établir une interaction entre l'homme et l'agent numérique de sorte que le logiciel, recevant l'information sur l'état émotionnel et les intentions de l'homme, permet à l'ordinateur de devenir la continuité de l'intelligence et du corps de l'homme.

    La musique au niveau humain

    L'assistant de compositeur est un logiciel capable de créer de manière autonome des compositions musicales au niveau humain de haute qualité esthétique. C'est un assistant de création intelligent capable de compléter les notes écrites par le compositeur par ses propres notes, accords et leurs combinaisons, expliquent les collaborateurs de l'Institut de systèmes intellectuels cybernétiques du MEPhI.

    Selon les scientifiques, pour y parvenir il est nécessaire d'analyser la théorie musicale (faire ressortir les sons musicaux, les accords et leurs combinaisons), créer des cartes sémantiques sur base de cette analyse et les relier aux modèles de perception de la musique par l'homme.

    Le nouveau logiciel se distingue foncièrement des élaborations similaires car l'agent virtuel est capable d'entretenir un contact émotionnel avec l'homme, indique Alexeï Samsonovitch, professeur à l'Institut de systèmes intellectuels cybernétiques du MEPhI.

    "La plupart des applications de ce genre représentent des réseaux neuronaux formés pour écrire de la musique ou peindre des tableaux. Mais notre idée est différente et consiste à capter l'humeur émotionnelle de l'homme et suivre la logique de cette humeur", explique-t-il.

    Une carte sémantique au lieu d'un réseau neuronal

    Selon lui, cette méthode n'est pas basée sur le réseau neuronal, mais sur une carte sémantique où l'état de l'homme est représenté par un point dans l'espace affectif. Chaque éventuelle action possède également des coordonnées dans cet espace et il existe une certaine loi reliant des coordonnées avec d'autres en suivant la logique de la perception émotionnelle. Il existe également des restrictions définies par les lois de l'harmonie musicale et du rythme.

    "Cependant les restrictions ne peuvent pas tout déterminer et laissent une certaine liberté à la création. Et notre module utilise cette liberté guidé par la carte sémantique et les règles de choix de coordonnées dans celle-ci compte tenu de l'évolution de l'état émotionnel de l'homme. Il est à noter qu'il ne s'agit pas d'un apprentissage, le modèle se trouve en dehors des principes psychologiques initiaux (les aspects psychologiques de base du comportement). Dans ce sens ce modèle peut expliquer le fond du phénomène de création, contrairement à un réseau neuronal", explique Alexeï Samsonovitch.

    L'interaction entre le compositeur et l'agent virtuel s'avère possible grâce à la systématisation et au stockage dans le programme de différents types de réaction émotionnelle de l'homme aux éléments musicaux — les accords, leur succession et les intervalles.

    Pour accumuler et utiliser l'information du logiciel sur les combinaisons de sons réussies et admissibles on utilise la méthode de carte sémantique qui permet au compositeur virtuel non seulement de poursuivre à son entendement une mélodie donnée par l'utilisateur, mais également de suivre son humeur en proposant différentes suites et en choisissant l'accompagnement.

    Une équation pour l'humeur

    Dans l'élaboration de cette méthode a été utilisée une application spéciale proposant aux participants au test d'évaluer différentes combinaisons d'accords selon une échelle de 1 à 10 pour trois critères: agréable-désagréable, joyeux-triste, excitant-ennuyeux. Un tel système d'évaluation permet de créer des cartes sémantiques à trois dimensions.

    "Nous partons de la supposition que le choix par l'homme de tel ou tel comportement en fonction des émotions sociales, des sentiments et des interactions peut être décrit par des équations dynamiques relativement simples. Un simple modèle de conduite sur base de carte sémantique et de deux équations s'avère indiscernable de l'homme dans le paradigme très simple d'interaction sociale dans l'entourage virtuel", poursuit Alexeï Samsonovitch.

    Ce dernier a noté que l'approche la plus prometteuse dans ce domaine de recherche était assurée par les architectures cognitives créées sur base de données psychologiques et neuroscientifiques, ce qu'on appelle des architectures cognitives bio-inspirées.

    D'après les chercheurs, la technologie élaborée possède une évolutivité et peut être utilisée non seulement dans la musique, mais également dans d'autres types de créativité numérique, ainsi que plus largement dans les systèmes humano-mécaniques. La création et l'instauration de telles élaborations est un grand pas vers l'étude de l'aspect socio-émotionnel de l'intellect responsable de l'analyse et de l'expression des émotions, des intentions, des motivations et des volontés.

    Les résultats principaux des recherches ont été publiés dans le magazine Procedia Computer Science.

    Lire aussi:

    Quel type de femmes attire sexuellement le plus les hommes?
    Les scientifiques russes ont amélioré la méthode d’apprentissage des réseaux neuronaux
    Des robots-musiciens dotés d’une intelligence artificielle bientôt en tournée?
    Tags:
    chercheurs, musique, Université nationale de recherche nucléaire (MEPhI), Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik