Ecoutez Radio Sputnik
    L'ouragan Irma ravage à Porto Rico

    «Danger mortel pour les hommes»: ce qui rend les ouragans de plus en plus destructeurs

    © REUTERS / Alvin Baez
    Sci-tech
    URL courte
    264

    Les ouragans dans l'Atlantique et dans l'océan Pacifique sont devenus beaucoup plus dangereux pour l'homme au cours des dernières années en raison du fait que le réchauffement climatique a fortement réduit leur vitesse, relate un article publié dans la revue Nature.

    Des scientifiques ont déterminé la raison de l'augmentation de la puissance des ouragans dans l'Atlantique et dans l'océan Pacifique, les rendant plus redoutables pour les humains et l'environnement, lit-on dans un article publié dans la revue Nature.

    «La principale conclusion de notre travail est que la vitesse de déplacement des cyclones tropicaux sur l'eau et la terre a diminué de 20% dans l'Atlantique, de 30% dans le nord-ouest du Pacifique et de 19% au large de l'Australie. Par conséquent, le niveau des précipitations a augmenté et les inondations sont devenues plus extrêmes. Tout cela représente un danger mortel pour les hommes», a déclaré James Kossin, du Centre météorologique et climatique de la NOAA à Madison, aux États-Unis.

    Au cours des deux dernières années, les côtes américaines ont fréquemment été «bombardées» par des ouragans extrêmement puissants, entraînant d'énormes dégâts économiques dans les villes et villages côtiers du pays et causant de grosses difficultés aux populations de certains animaux rares.

    M.Kossin a notamment découvert pourquoi les tempêtes tropicales et les inondations qui les accompagnent étaient devenues si destructrices au cours des dernières années en analysant la façon dont le réchauffement climatique et les phénomènes associés, y compris l'augmentation de la température de l'air et de l'eau, affectent le comportement typique des cyclones de l'Atlantique et du Pacifique.

    En étudiant les ouragans qui ont fait rage dans les eaux des deux océans entre 1949 et 2016, le scientifique a remarqué que la vitesse de leur mouvement diminuait graduellement à mesure que la temporalité se faisait plus récente, d'environ 10% sur l'ensemble de la Terre. 

    Après avoir analysé les changements de directions des vents et des tempêtes dans différentes régions, le climatologue en est arrivé à la conclusion que cela était dû au réchauffement climatique.

    Ses calculs montrent qu'une augmentation de la température de l'eau et de l'air a entraîné ce que les vents, qui «conduisent» les migrations des ouragans, se sont sensiblement affaiblis et ont commencé à se déplacer plus lentement qu'avant. En parallèle, les cyclones ont également ralenti.

    Comme l'explique le climatologue, une diminution de 10% de la vitesse du mouvement de l'ouragan entraîne déjà des conséquences catastrophiques: le niveau habituel des précipitations est doublé et la probabilité d'une inondation augmente en conséquence.

    En outre, la diminution de la vitesse de déplacement du cyclone provoque un autre phénomène dangereux: à cause de l'affaiblissement des vents qui entraînent les migrations des ouragans, les ouragans changent plus souvent de direction et reviennent parfois sur leurs pas, ce qui crée un nouveau cycle de destruction dans des zones déjà dévastées et inondées. 

    Selon les prévisions de M.Kossin, la situation sera encore plus grave dans l'avenir. Comme en ce moment la température moyenne annuelle sur Terre n'est que de 0,5 degré plus élevée qu'au milieu du siècle dernier, à la fin de ce siècle, elle pourrait avoir augmenté de 1,5 à 3 degrés. En conséquence, les ouragans deviendront encore plus lents et vivront plus longtemps, ce qui les rendra encore plus destructeurs que ces dernières années. 

     

    Lire aussi:

    Irma: «Au moins deux morts et deux blessés graves» à St Barth et St Martin
    L’anomalie catastrophique de l’Atlantique expliquée
    L’ouragan Irma frappera Saint-Pétersbourg dans quelques heures
    Tags:
    analyse, science, réchauffement climatique, climat, ouragan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik