Ecoutez Radio Sputnik
    Un crâne

    Les médecins US du XIXe siècle étaient-ils moins compétents que leurs collègues Incas?

    © Photo. pixabay/Amort1939/21 Bilder.com
    Sci-tech
    URL courte
    3101

    Sous l'empire Inca les médecins étaient-ils plus compétents? Fait curieux, mais selon une étude effectuée par un groupe de scientifiques américains, les chirurgiens de cette époque-là dominaient largement leurs collègues de la guerre de Sécession au 19ème siècle.

    Les médecins incas effectuaient des opérations de trépanation du crâne avec plus de succès que les chirurgiens nord-américains du 19e siècle, selon un article publié dans la revue World Neurosurgery.

    Un groupe de scientifiques américains, dirigé par le neurologue David Kushner, a examiné environ 160 échantillons de crânes humains, datant des 15e et 16e siècles, trouvés dans les environs de la ville péruvienne de Cusco, ancienne capitale inca.

    Si les scientifiques ne trouvaient pas de traces de cicatrisations sur les bords des ouvertures chirurgicales du crâne, ils arrivaient à la conclusion que le patient était décédé après l'opération. Alors qu'un os lisse et guéri témoignait d'un bon rétablissement durable.

    Après avoir analysé tous les échantillons, les scientifiques sont arrivés à la conclusion qu'environ 83% des patients avaient pu survivre à ces opérations. Pendant la guerre de Sécession aux États-Unis au 19e siècle, les chirurgiens qui utilisaient des méthodes similaires, avaient un taux de réussite de seulement 50%.

    Les chercheurs ont qualifié ces résultats de surprenant, compte tenu du fait que, selon ces échantillons de crâne, certains patients avaient subi jusqu'à cinq opérations de ce type.

    Lire aussi:

    Une découverte archéologique faite en France bouleverse l’histoire de la médecine
    Elle accouche dans sa tombe… il y a plus de mille ans
    Victime de l’éruption du Vésuve, à quoi ressemblait-il? (Vidéo)
    Tags:
    médecine, crâne, chirurgie, Pérou
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik