Ecoutez Radio Sputnik
    malware

    Ce nouveau malware que devraient craindre les propriétaires d’Android

    © Sputnik . Alexey Malgavko
    Sci-tech
    URL courte
    3152

    Les spécialistes de l’entreprise technologique Eset ont découvert un nouveau virus ressemblant à une application ordinaire pour Android et qui est géré à distance par des hackers depuis la messagerie Telegram.

    La société de sécurité informatique prévient les utilisateurs de smartphones Android de l'existence d'un nouveau virus dont ils pourraient devenir les victimes.

    Il s'agit en l'occurrence du malware baptisé HeroRat qui attaque les utilisateurs ayant téléchargé des applications dans des magasins non officiels. Les hackers attirent leurs victimes avec les promesses de faire croître leur nombre d'abonnés sur les réseaux sociaux ou de leur offrir des cryptomonnaies.

    Suite au lancement de l'algorithme contenant le virus, les programmes affichent un message d'erreur et s'auto-suppriment. Mais en réalité l'algorithme continue de fonctionner.

    En outre, HeroRat prend le contrôle du smartphone en question: il intercepte le trafic de l'appareil mobile, vole les informations stockées sur celui-ci et modifie de lui-même les paramètres. Les cybercriminels peuvent contrôler à distance ses actions grâce à un bot dans la messagerie Telegram.

    Les auteurs du cheval de Troie le vendent librement, la fourchette de prix varie de  25 à 100 dollars. Les hackers ont estimé le coût du code initial à 650 dollars.

    Les experts en cybersécurité recommandent aux utilisateurs d'Android de télécharger uniquement des applications officielles.

     

    Lire aussi:

    Un nouveau moyen de voler de l’argent aux utilisateurs de Google Play révélé
    Un virus de minage de cryptomonnaie menace les installations à base d’Android
    Un nouveau virus mettrait en danger les données de milliers d’utilisateurs d'Android
    Tags:
    smartphone, virus informatique, malware, Android
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik