Sci-tech
URL courte
250
S'abonner

Le mauvais temps et le manque de lumière pourrait représenter de réels dangers pour l’homme car ils nuisent notamment à la psyché humaine et aboutissent à l'émergence de troubles obsessionnels compulsifs (TOC), relate la plateforme Eurekalert.

Les scientifique de l'Université de Binghamton dans l'Etat de New-York aux Etats-Unis ont établi que le fait de vivre à des latitudes plus élevées, où il y a généralement moins de lumière en provenance du soleil, pourrait entraîner des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), caractérisés par un sentiment  d'inquiétude et de peur, relate la plateforme Eurekalert.

Pour en venir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé de nombreux articles traitant de TOC dans certains lieux, puis ils ont étudié les latitudes de chaque région.

Il s'est avéré que dans des régions manquant de lumière du soleil, les personnes avaient du mal à s'endormir à l'heure souhaitée. Souvent ils se réveillaient très tard afin de compenser ce manque de sommeil, adoptant ainsi un rythme de sommeil retardé qui pourrait avoir des effets néfastes.

«Les personnes qui vivent dans des régions moins exposées au soleil sont susceptibles d'avoir moins de possibilités de synchroniser leur horloge circadienne, ce qui entraîne des symptômes de TOC accrus», ont expliqué des scientifiques.

En outre, les experts ont constaté qu'en raison du grand nombre de jours nuageux dans les latitudes nord, les symptômes des patients atteints de TOC étaient aggravés car le manque de lumière en provenance du soleil a un impact négatif sur le sommeil.

 

Lire aussi:

«Tu finiras comme ton collègue de Bayonne»: nouvelle agression d’un chauffeur de bus au Pays basque
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Moscou explique la condition sine qua non de son recours à l’arme nucléaire
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
science, santé, sommeil, temps
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook