Ecoutez Radio Sputnik
    «Extraterrestre d’Atacama»

    «Extraterrestre d’Atacama»: une étude découvre des méthodes d’analyse erronées

    © Photo. Bhattacharya S et al.
    Sci-tech
    URL courte
    289

    Une nouvelle recherche sur la petite momie «Ata» du désert d’Atacama met en doute les résultats scientifiques et le bien-fondé éthique de l’étude publiée en 2018 selon lequels le squelette momifié n’est pas celui d’un extraterrestre, mais d’une fille souffrant d’anomalies génétiques, d’après le journal The Daily Mail.

    Les résultats des récentes analyses génomiques faites du célèbre petit «alien» à crâne allongé, «Ata», découvert en 2003 dans le désert chilien d’Atacama, sont faux et le squelette est celui d’un fœtus de 15 semaines, a annoncé le journal britannique The Daily Mail se référant à une étude menée par une équipe internationale de chercheurs. 

    «Prises ensemble, les méthodes ou conclusions concernant l’âge squelettique d’Ata présentées par Sanchita Bhattacharya et ses collègues ne satisfont pas aux normes communément admises pour faire des estimations sur l'âge au moyen de techniques bio-archéologiques, médico-légales ou pédiatriques/obstétriques», affirment les auteurs du nouveau document.

    La nouvelle équipe qui réunit des experts en ostéologie, en médecine, en archéologie, en histoire et en génétique, s’est penchée sur les méthodes utilisées par le généticien de l’Université Stanford Garry Nolan, la spécialiste de la bio-informatique de l'Université de Californie Sanchita Bhattacharya et leurs collègues dont l’étude avait été publiée en mars dernier par la revue Genome Research.

    «Malheureusement, il n'y avait aucune raison scientifique de procéder à des analyses génomiques d’Ata parce que le squelette est normal, les mutations génétiques identifiées sont probablement une coïncidence», a noté Sian Halcrow, professeur associé en bioarchéologie de l'Université néo-zélandaise d'Otago.

    L’équipe de M.Nolan et de Mme Bhattacharya avait, par exemple, mis l’accent sur le fait qu’Ata n'avait que 10 paires de côtes, au lieu de «12 normales», comme preuve à l'appui de ses allégations d'anomalie. Mais, comme le note la nouvelle étude, ces «côtes flottantes» n'ont tout simplement pas encore commencé à se former à ce stade.

    La nouvelle étude met également en doute les suppositions sur le «crâne allongé» de la momie, en faisant valoir qu’il semble normal pour un fœtus né de façon prématurée.

    Qui plus est, l’étude publiée en mars soulève des questions éthiques. 

    «Nous mettons en garde les chercheurs en génétique contre l’implication dans des affaires qui manquent de contexte et de légalité, ou encore qui concernent les dépouilles conservées dans des collections privées», explique M.Halcrow.

    Dans le cas d’Ata, il pourrait s’agir d’un cas de fausse couche relevant d’un passé assez récent.

    «Cette momie reflète une triste perte pour une mère dans le désert d’Atacama», indique Bernardo Arriaza, bioarchéologue de l'Université chilienne de Tarapacá.

    Ata, un squelette «humanoïde», a été découvert le 19 octobre 2003 près d’une église abandonnée à La Noria, une ville fantôme dans le désert d'Atacama. C'est pour cela que le squelette a été baptisé «l'humanoïde d'Atacama», ou Ata. La momie, qui fait aujourd'hui partie de la collection privée d'un homme d'affaires espagnol, mesure 15 centimètres et son crâne a une forme allongée très bizarre. Ainsi, ceux qui croient à la vie extraterrestre ont suggéré que c'était un «alien». Des analyses génétiques réalisées par l'Université de Stanford ont montré que c'était bien un humain. 

    L'examen de l'humanoïde d'Atacama a indigné les chercheurs chiliens, qui pensent que l'étude était non éthique et offensante pour sa famille. Comme la momie n’est vieille que de quelques dizaines d'années, les parents de la fillette momifiée pourraient être encore en vie. De plus, la momie a probablement été exhumée illégalement et sortie du pays en contrebande.

    Lire aussi:

    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Poutine en France: des chasseurs suisses s'approchent de l'avion transportant une délégation russe - vidéo
    La gendarmerie italienne donne des précisions sur le randonneur français retrouvé mort
    Tags:
    génétique, analyse, momie, Université Stanford, Bernardo Arriaza, Sian Halcrow, Garry Nolan, Sanchita Bhattacharya, désert d'Atacama, Chili
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik