Ecoutez Radio Sputnik
    sommeil

    Voici pourquoi il ne faut pas dormir 10h par jour

    CC0 / C_Scott
    Sci-tech
    URL courte
    585

    Selon une nouvelle recherche réalisée par l'Université Keele, un sommeil de 10h par nuit augmente - par rapport à un sommeil de 7h - de 30% le risque de décès, de 56% le risque d'AVC et de 49% le risque de mortalité cardiovasculaire.

    Les chercheurs de l'université de Keele ont analysé 74 cas médicaux liés à la mortalité, aux effets cardiovasculaires, à la durée du sommeil et à la qualité de ce dernier, épaulés par leurs collègues de l'Université de Manchester, de l'Université de Leeds et de l'Université d'East Anglia (Norwich, Angleterre). Les résultats de leurs recherches ont été publiés dans la revue The Journal of American Heart Association.

    Dans l'ensemble, le comportement et la santé de plus de trois millions de participants ont été examinés afin de déterminer s'il était plus dangereux de dormir en dessous ou au-dessus de la durée de sommeil recommandée qui va de sept à huit heures.

    Ainsi, les scientifiques ont constaté qu'un sommeil de 10h augmentait de 44% le risque de maladies coronariennes.

    «Notre étude est importante pour la santé publique car elle montre qu'un sommeil d'une durée excessive est un marqueur de risque cardiovasculaire élevé», a expliqué le Dr. Chun Shing Kwok.

    Et de conclure: «Nos résultats ont des implications importantes et les cliniciens devraient prendre davantage en considération la durée et la qualité du sommeil pendant les consultations. S'ils constatent un sommeil excessif, en particulier de huit heures ou plus, les cliniciens devraient envisager un dépistage des facteurs de risque cardiovasculaires indésirables et des apnées obstructives du sommeil, un trouble du sommeil grave.»

    Lire aussi:

    Attention danger! Manque de sommeil ou comment ne pas mourir dans son lit
    Méfiez-vous de la sieste, avertit un spécialiste du sommeil
    Un conseil élémentaire pour rendre votre vie sexuelle plus épanouie
    Tags:
    médecine, sommeil, Angleterre, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik