Sci-tech
URL courte
16417
S'abonner

Même s’il n’est pas possible d’expliquer complètement le changement climatique sur Terre, un professeur russe estime que les périodes de refroidissement et de réchauffement sont dues à l’expansion terrestre, ce qui pourrait représenter une menace pour l’humanité.

Le professeur à la faculté de géographie de l'université d'État Lomonossov de Moscou (MGU) Alexeï Reteyum estime que la Terre n'est plus la même qu'il y a quatre milliards d'années. Elle est deux fois plus grande qu'à l'époque des dinosaures et cette expansion représente une menace, car il engendre un refroidissement de la surface terrestre.

Le processus d'expansion terrestre, commencé il y a 700.000 ans, se poursuit, et c'est lui qui a déclenché l'apparition des glaciers continentaux et la disparition des dinosaures, d'après le scientifique, qui a accordé une interview à la chaîne de télévision russe Zvezda. Malgré le fait que d'après certaines hypothèses la théorie de l'expansion terrestre soit obsolète, Alexeï Reteyum est d'avis que cela n'est pas seulement notre passé, mais aussi notre futur:

«Dans une perspective à long terme, sa rotation se ralentira. La Terre doit refroidir, dans tous les cas, dans les prochains milliers ou milliards d'années. Ensuite, elle pourrait s'enflammer comme une étoile.»

Alexeï Reteyum a fait savoir que le processus de réchauffement de notre planète était temporaire, ralentissait et n'était pas uniforme:

«Comme la surface de la terre et des océans est la même, la seule explication [du refroidissement, ndlr] est le fait que la Terre s'est élargie. L'Arctique n'a plus assez de chaleur qui arrive dans les altitudes basses.»

Cette théorie de l'expansion terrestre se confirme également par les indicateurs physiques et géographiques, mesurés par les instruments internationaux, comme le gravimètre de Strasbourg, selon le scientifique. Par exemple, selon les données, les continents de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord s'éloignent l'un de l'autre constamment et le pôle Nord se déplace vers la baie d'Hudson.

Le scientifique a tiré ces conclusions après avoir analysé les données de sept indicateurs, dont la gravité, la vitesse de rotation de la Terre, la distance entre les points sur la surface terrestre, les coordonnées du pôle Nord, l'altitude absolue de la surface terrestre, le niveau des eaux des océans, ainsi que la disposition du centre de la Terre et de l'écorce terrestre.

Lire aussi:

Ciblés par des projectiles, des policiers foncent en voiture sur des manifestants à New York – vidéo
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Jean-Marc Morandini: le parquet de Paris demande un procès pour corruption de mineur
Tags:
théories, dinosaures, réchauffement climatique, Terre
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook