Sci-tech
URL courte
Technologies Made in Russia (160)
0 201
S'abonner

La conférence intitulée «Les technologies quantiques supraconductrices» s'est récemment déroulée à Moscou. L'un de ses participants, le constructeur en chef de l'architecture des processeurs de la compagnie canadienne D-Wave Paul Bunyk, a expliqué comment évoluait ce domaine.

- Paul, d'après vous, quels secteurs dans le domaine des technologies quantiques supraconductrices sont les plus prometteurs?

— Pendant longtemps les technologies quantiques faisaient du surplace. Pourquoi? Je vais expliquer ma version. En essayant de créer un qubit «parfait» (principale cellule de calcul d'un ordinateur quantique), les chercheurs ne songeaient pas à la prochaine démarche: comment les réunir dans un appareil qui fonctionne réellement.

C'est pourquoi quand en 2005 un groupe de chercheurs, moi y compris, a rejoint la compagnie D-Wave, nous avons immédiatement planché sur la création d'un système de qubits interdépendant intégral. Je pense que nous avons franchi une partie de ce chemin avec succès.

Une nuance significative. Il y a encore cinq ans notre approche des calculs quantiques était qualifiée de tous les noms — stupidité, pseudoscience, fourvoiement, même fraude. En revanche, après la démonstration de l'appareil on a commencé à dire: «Nous ferons comme D-Wave, mais en mieux!»

- Pendant la conférence vous avez déclaré que la compagnie vendait depuis plusieurs années des ordinateurs quantiques. Quelles sont les caractéristiques techniques de la nouveauté?

- A l'heure actuelle, nous proposons aux acheteurs des ordinateurs quantiques à 2000 qubits à recuit quantique. Le nom officiel du prochain système d'ordinateur sur lequel nous travaillons activement est Blake.

- Que pouvez-vous dire au sujet de la conférence actuelle, de son niveau scientifique?

— Je trouve que c'est déjà un exploit qu'elle ait réuni des chercheurs de Russie et du reste du monde, qui étaient intéressés par le développement du marché des technologies numériques. Y compris des Russes de nombreux pays. En fait, tout le monde se connaît ici. De nombreux délégués ont les mêmes racines «éducatives»: je suis diplômé de la faculté de physique de l'Université d'Etat Lomonossov de Moscou. Le niveau des rapports est incroyablement élevé.

- Parmi les organisateurs de l'événement figurent l'Institut de physique du corps solide affilié à l'Académie des sciences de Russie, l'Université nationale de science et de technologie MISiS, l'Institut de technologie photonique Leibniz (Allemagne). Quels représentants de ces organisations connaissez-vous?

- Cela fait longtemps que je suis les expériences de la MISiS, dans la mesure du possible, avec un intérêt permanent. Je voudrais connaître davantage sur leurs élaborations, ce qui, j'espère, deviendra possible dans les mois à venir. En parlant des personnalités, je nommerai avant tout le responsable du laboratoire de métamatériaux supraconducteurs de la MISiS et chef du groupe de recherche au Centre quantique russe Alexeï Oustinov.

Avec Alexeï nous nous rencontrons, échangeons des idées, des conseils. Il est chargé de l'élaboration des métamatériaux. Au vu de la proximité de nos approches du problème, il sera possible de les introduire dans les ordinateurs que nous créons.

Dossier:
Technologies Made in Russia (160)

Lire aussi:

«Pédocriminel!»: Jack Lang insulté à Montpellier – vidéo
Navires iraniens en route vers le Venezuela? «Une provocation pour les USA, qui se prennent pour les rois du monde»
Incident nucléaire à Taishan: coup dur pour l’EPR made in France, en concurrence avec les USA
Tags:
science, ordinateur quantique, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook