Ecoutez Radio Sputnik
    WhatsApp

    Les secrets d'État sur WhatsApp: les Présidents peuvent-ils utiliser les messageries?

    © AFP 2019 LIONEL BONAVENTURE
    Sci-tech
    URL courte
    320
    S'abonner

    Alors que les messageries sont devenues un des moyens de communication les plus répandus, une question se pose: les hommes politiques peuvent-ils eux aussi les utiliser? Risquent-ils de divulguer des secrets d'État et de mettre en péril leur pays? L’expert russe dans le domaine d’internet Anton Merkourov nous a donné son avis en la matière.

    Les nouvelles technologies nous obligent à modifier nos vieilles habitudes pour vivre au rythme du progrès. Ainsi, les messageries  sont devenues  une partie intégrante de notre vie quotidienne.

    L'expert russe dans le domaine d'internet et fondateur de plusieurs sociétés informatiques Anton Merkourov a expliqué si les dirigeants pouvaient eux-aussi communiquer via des messageries du type WhatsApp.

    Il estime notamment que tous les politiciens qui se servent d'internet sont d'ores et déjà des utilisateurs de  WhatsApp.

    «Une autre question, est-ce sécurisé ou non? D'une part, même les boîtes mail des entreprises sont piratées, comme nous savons à la suite de différentes élections. D'autre part, c'est normal d'utiliser les messageries instantanées. WhatsApp ainsi que d'autres messageries s'occupent de la sécurité de millions de personnes. Et si l'une de ces millions de personnes est le Président, alors lui aussi devrait ne rien avoir à craindre», a-t-il dit.

    Il a cependant souligné qu'il «était important de comprendre que les messageries ne devaient pas être utilisées pour envoyer des documents classés "top secret", dont la publication peut devenir un gros problème».

    Anton Merkourov est toutefois d'avis que pour leurs échanges concernant leur vie privée, les Présidents étaient libres d'utiliser toute sorte de moyens de communications car «c'est le XXIe siècle et les Présidents sont aussi des êtres humains».

    Bien que la communication via des messageries soit sécurisée, il existe cependant d'autres risques comme par exemple le vol ou la perte du smartphone.

    «Quel que soit le niveau de sécurité du smartphone, le danger est que son détenteur puisse le perdre ou se le faire dérober. Dans ce cas, ce ne serait pas si difficile d'accéder au contenu de l'appareil», a-t-il conclu.

    Tags:
    sécurité, président, smartphones, messageries instantanées, messagerie, WhatsApp
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik