Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    Une «bombe climatique» détectée en Arctique

    CC0 / Unsplash
    Sci-tech
    URL courte
    4724

    Les eaux réchauffées s’accumulent sous la couche froide de l’Arctique et risquent tôt ou tard de remonter à la surface, conduisant à la disparition de la glace pérenne, préviennent des scientifiques.

    Des chercheurs de l’Université de Yale ont établi qu’en Arctique, d’importantes quantités d’eau tiède et salée se trouvent sous la couche supérieure de l’eau de mer. Ils considèrent que tôt ou tard, ces eaux remonteront à la surface de l’océan et provoqueront une fonte catastrophique de glaces polaires, rapporte Science Alert.

    Comme le disent les océanographes, le réchauffement de ces eaux profondes est observé dans le bassin maritime canadien. Durant la période allant de 1987 à 2017, la quantité de la chaleur dans les couches les plus tièdes de l’océan a doublé. Ce phénomène est lié au réchauffement anomal des eaux de surface dans la partie septentrionale de la mer des Tchouktches qui nourrit les eaux arctiques au nord du Canada. Les changements climatiques mènent à la disparition de glaces entre le Tchoukotka et l’Alaska. Les eaux sont exposées à la lumière directe du soleil et sont déplacées vers le nord par un flux de vent. 

    Au fur et à mesure de l’arrivée de ces eaux réchauffées en Arctique, elles descendent au-dessous de la surface froide. Les chercheurs estiment qu'il s'agit d'un processus irréversible et qu'à l'avenir, la couche chaude devrait remonter à la surface. Les conséquences spécifiques sont difficiles à prévoir pour le moment, mais les scientifiques sont persuadés que cela conduira à l'amincissement et à la disparition de la glace pérenne.

    Lire aussi:

    L’Arctique a perdu 13% de ses glaces en 10 ans
    La Chine met le cap sur l'Arctique - avec la Russie
    De nouveaux signes d'une catastrophe planétaire découverts
    Tags:
    eau, fonte des glaces, chercheurs, Tchoukotka, Alaska, Canada, Arctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik