Sci-tech
URL courte
6194
S'abonner

Des scientifiques japonais testeront un modèle expérimental d’ascenseur spatial, moyen alternatif de transport de cargaisons et d’astronautes en orbite, sur la Station spatiale internationale (ISS).

Des chercheurs japonais de l'université de Shizuoka testeront le 11 septembre le concept d'un ascenseur spatial, annonce le journal Mainichi Shinbun.

Actuellement, il s'agit d'un modèle miniature. Le vaisseau spatial japonais HTV-7 livrera deux microsatellites sur la Station spatiale internationale (ISS). Ils seront reliés par un câble de 10 mètres avec un conteneur motorisé. Des caméras montées sur les satellites surveilleront le processus.

Ce projet élaboré par l'entreprise japonaise Obayashi serait capable de transporter des cargaisons ou des individus à une altitude de 36.000 kilomètres, alors que la longueur totale du câble serait de 96.000 km car un contrepoids est nécessaire. L'engin pourrait conduire 30 personnes en orbite en huit jours à une vitesse de 200 km/h. Obaayshi entend lancer son ascenseur d'ici au milieu du siècle.

«En théorie, le concept d'un ascenseur spatial est assez convaincant. Les voyages spatiaux pourraient devenir quelque chose de populaire à l'avenir», estime Yoji Ishikawa, chef du groupe de recherche.

À l'heure actuelle, ce projet n'en est qu'à ses débuts, bien que l'idée d'un ascenseur spatial ait été proposée dès 1895 par Constantin Tsiolkovski. Lors du développement de ce câble, les scientifiques devront trouver des solutions à de nombreux problèmes, tels que la menace provoquée par les astéroïdes.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, 20 morts et plus de 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Tags:
orbite, espace, vaisseau spatial, ascenseur, chercheurs, station spatiale, ISS, Constantin Tsiolkovski, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook