Ecoutez Radio Sputnik
    La nourriture (image d'illustration)

    De quelle façon manger moins influe sur l’espérance de vie?

    CC0 / DanaTentis
    Sci-tech
    URL courte
    4203

    Le régime alimentaire pourrait avoir un impact sur l’espérance de vie, selon les dernières études. Des scientifiques ont découvert que moins nous mangeons, plus longtemps nous pourrions vivre.

    Des scientifiques de l'Institut national de la santé (NIH) aux États-Unis ont conclu qu'une alimentation limitée aidait à prolonger la vie et influençait positivement la santé, relate le site Cell Metabolism.

    Afin de prouver leur hypothèse, les scientifiques ont mené une expérimentation avec des souris de laboratoire. Les 292 rongeurs ont été divisés en deux groupes. Un groupe a été nourri selon le schéma standard plusieurs fois par jour, et le deuxième a reçu une nourriture riche en protéines mais sans sucres et graisses. 

    Ensuite, les souris ont été divisées en sous-groupes: un tiers des rongeurs a pu manger autant qu'ils voulaient, le deuxième groupe a reçu une quantité limitée de nourriture à n'importe quelle heure, et le dernier groupe a eu très peu de nourriture une fois par jour.

    Les souris qui ont mangé sans limite sont mortes les premières. Les autres cobayes de cette expérimentation ont vécu 28 semaines de plus en moyenne. Les souris du troisième sous-groupe, qui ne mangeaient qu'une fois par jour, ont vécu le plus long.

    Les scientifiques soulignent que le métabolisme des souris est très semblable au métabolisme humain. De ce fait, les conclusions tirées lors de ces expériences sont également applicables aux humains.

    Lire aussi:

    Le moyen de maintenir sa ligne tout en mangeant au fast food découvert
    Voici le lien entre le jeûne et la pousse des cheveux
    La science enterre le mythe entourant les dangers de manger le soir
    Tags:
    métabolisme, expérience, alimentation, chercheurs, nourriture, espérance de vie, science, santé, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik