Ecoutez Radio Sputnik
    James Allison et Tasuku Honjo

    Le prix Nobel récompense l'immunothérapie contre le cancer

    © REUTERS / TT Haber Ajansı/Fredrik Sandberg
    Sci-tech
    URL courte
    181

    Le prix Nobel de physiologie ou médecine a été décerné à l'Américain James Allison et au Japonais Tasuku Honjo qui ont découvert les points de contrôle de la réponse immunitaire ayant permis de mettre en place une thérapie efficace à certains types de cancer.

    Au final, la durée de vie des patients atteints de cancers en phase terminale a considérablement augmenté.

    Des cellules T au ralenti

    «Ce prix est indéniablement mérité. Il a été remis à des chercheurs qui ont fait un pas décisif dans l'élaboration d'une nouvelle classe de médicaments pour lutter contre les différentes tumeurs, notamment cancéreuses — ce qu'on appelle les médicaments immuno-oncologiques. En général, la tumeur secrète des protéines spéciales qui empêchent le système immunitaire de l'homme de l'identifier et de la détruire. Les lauréats du prix Nobel ont précisément découvert ces protéines et ont ouvert la voie à des médicaments d'une nouvelle classe qui aident le système immunitaire à identifier la tumeur comme étrangère et commencent à la combattre. Ces médicaments sont utilisés dès à présent dans la pratique clinique — et de plus en plus chaque année. Cela augmente les chances de guérison de nombreux patients», explique Marina Sekatcheva, directrice adjointe du Centre clinique d'oncologie auprès de la Première université de médecine Setchenov de Moscou, professeure, responsable de département et oncologue.

    Au début des années 1980, James Allison avait découvert la protéine réceptrice ralentissant l'activité des cellules principales du système immunitaire de l'homme (lymphocytes ou cellules T).

    Un tel mécanisme est nécessaire pour que notre propre système immunitaire ne se retourne pas contre notre organisme. Mais c'est justement cette spécificité qui est utilisée par les cellules cancéreuses qui ressemblent aux cellules ordinaires et trompent l'organisme: via ce récepteur (CTLA-4), la tumeur envoie aux cellules T le message «je suis des vôtres» pour éviter d'être attaquée. Cette particularité du cancer le rend invincible.

    Le déclenchement de la réponse immunitaire

    Poursuivant son étude du système immunitaire de 1992 à 1995, James Allison a découvert comment il était possible d'indiquer à ce dernier qu'il fallait combattre la tumeur. Le chercheur a déterminé qu'en attachant au récepteur CTLA-4 la molécule de protéine CD28 (qui est secrétée par le système lui-même, mais pas toujours), les cellules T sont lancées et détectent le cancer. Les forces protectrices de l'organisme se mobilisent, et la tumeur se réduit. C'est ce qui a constitué la base des nouvelles méthodes de soins en oncologie, très rapidement testées d'abord sur les animaux, puis sur les patients. En 2011, l'immunothérapie du cancer a été approuvée pour soigner le mélanome — une forme agressive de cancer de la peau et des muqueuses.

    Quelques années avant le groupe d'Allison, des chercheurs de l'université de Kyoto sous la direction de Tasuku Honjo avaient découvert la protéine PD-1 ayant des propriétés identiques. Après plusieurs années de recherche, il s'est avéré qu'elle était également capable d'influencer les points de contrôle du système immunitaire en activant les cellules T afin de lutter contre la tumeur.

    Les anticorps monoclonaux immuno-modulaires qui composent les médicaments pour le traitement du cancer ont été élaborés grâce aux découvertes d'Allison et de Honjo.

    Les principaux résultats dans l'élaboration des méthodes de soins ont été obtenus en 2014-2015, mais en 2013 déjà la revue Science, se référant aux recherches de James Allison, avait qualifié l'immunothérapie contre le cancer de «percée de l'année».

    Pas une panacée, mais une percée

    Il est très difficile d'identifier la tumeur dans l'organisme humain car elle ne se distingue pratiquement pas des tissus environnants. Il est extrêmement difficile d'identifier les signes distinctifs des cellules cancéreuses pour les tuer sans affecter le reste de l'organisme. Les tout nouveaux médicaments chimiques sont plus ou moins ciblés, mais ils sont efficaces seulement tant que l'individu les consomme.

    Les différents types de radiothérapie détruisent également les cellules cancéreuses, mais ils affectent tout de même les tissus environnants et même tout l'organisme.

    L'immunothérapie comporte également plusieurs restrictions: tous les types de cancer n'y sont pas sensibles. A présent, elle est essentiellement utilisée pour le mélanome et certains types de cancer des poumons et du sein, mais la liste s'allonge constamment. De plus, son effet est permanent, même si elle ne guérit pas entièrement le cancer. Néanmoins, les essais sur les patients atteints de mélanome métastatique ont significativement augmenté leur durée de vie.

    «Je ne dirai pas que c'est une panacée et que tous les patients guérissent avec ces médicaments. Mais il existe une certaine part (assez grande) de rémissions. Une telle thérapie prolonge la vie de la plupart des patients car elle apprend à reconnaître, à lutter, et aide la thérapie standard. C'est un nouvel outil puissant dans la lutte contre le cancer», explique Marina Sekatcheva.

    Selon elle, ce type de traitement est activement utilisé en Russie mais ces médicaments sont encore assez coûteux.

    «Cette situation pourrait perdurer pendant un certain temps tant que cette méthode sera protégée par un brevet. C'est pourquoi ces produits ne sont pas aussi largement utilisés qu'on le voudrait», conclut la professeure.

    Lire aussi:

    La forme la plus agressive du cancer du sein vaincu à l’aide de l’immunothérapie
    Des nanorobots au virus Zika: les traitements ultramodernes du cancer pour les nuls
    Des chercheurs découvrent une molécule capable d’«étouffer» le cancer
    Tags:
    cellules, physiologie, médecine, chercheurs, cancer, prix Nobel
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik