Ecoutez Radio Sputnik
    Arctique

    À quand la fin? Les premiers indices d’une catastrophe globale révélés par la NASA (vidéo)

    © Sputnik . Vera Kostamo
    Sci-tech
    URL courte
    18926

    Une bonne partie de la calotte polaire a disparu, étant remplacé par une couche de glace assez fine qui fond et disparaît pendant les mois de chaleur, préviennent des spécialistes de la NASA à l’issue de leur étude.

    Des spécialistes de l'Administration nationale de l'aéronautique et de l'espace (NASA) se sont concentrés sur l'étude des premières conséquences du début d'une catastrophe globale, provoquée par la fonte des glaces arctiques, relate le portail Science Alert.

    Selon eux, la banquise se conserve pendant plus de deux ans, elle est plus épaisse que les glaces saisonnières et s'enfonce plus dans l'océan. De plus, cette glace contient moins de sel et donc elle est moins sensible aux processus de fonte. Les glaces saisonnières atteignent environ deux mètres d'épaisseur et disparaissent pratiquement totalement en été.

    Des calculs de spécialistes montrent que l'épaisseur de la calotte polaire a diminué de trois fois depuis 1958, tandis que la surface de la banquise a été réduite de deux millions de kilomètres carrés.

    Dans l'avenir, la vitesse de rétrécissement de la glace va diminuer mais ce sera plutôt le résultat de la disparition totale des couches glaciaires épaisses que celle de la fin des changements climatiques, soulignent les chercheurs.

    En revanche, ils estiment que l'Arctique sera plus sensible à l'augmentation des températures de l'eau et de l'air, ce qui aura un impact nocif sur tous les écosystèmes.

    Lire aussi:

    De nouveaux signes d'une catastrophe planétaire découverts
    L’Arctique a perdu 13% de ses glaces en 10 ans
    Gros, puissants, rapides… ces brise-glace majestueux qui rendent les pôles plus proches
    Tags:
    fonte des glaces, catastrophe, vidéo, réchauffement climatique, NASA, Arctique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik