Sci-tech
URL courte
229
S'abonner

Afin de dénicher un mystérieux «détergent» pouvant purifier l'atmosphère des gaz nocifs, responsables du changement climatique et de la dégradation de la couche d’ozone, des scientifiques perceront d’immenses trous dans la calotte glaciaire de l’Antarctique.

Des scientifiques cherchent un moyen pour nettoyer l'atmosphère des gaz à effet de serre. Pour parvenir à leurs fins, ceux-ci creuseront des trous, d'une profondeur de 250 mètres, dans la calotte glaciaire de l'Antarctique durant trois mois en 2019.

Ainsi, 10 scientifiques devraient habiter dans un laboratoire situé à 100 km de la station antarctique permanente de l'Australie: Casey en Terre de Wilkes, rapporte The Daily Mail.

Dans le cadre de la première mission de ce type, les scientifiques perceront la calotte de glace pour en mesurer le niveau atmosphérique d'hydroxyle de la période préindustrielle, ce qui n'avait jamais été fait auparavant.

Ce projet dirigé par la Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation (CSIRO) cherche à comprendre le processus naturel qui retire de l'atmosphère les autres gaz apparus à la suite des changements climatiques.

La station antarctique permanente de l'Australie: Casey en Terre de Wilkes

L'hydroxyle est un purificateur naturel de l'atmosphère capable de nettoyer l'air des microéléments nocifs. Même si la plupart des émissions sont du dioxyde de carbone, il existe plus de 40 autres gaz attaquant la couche d'ozone et renforçant le changement climatique. Des scientifiques estiment que ce produit détergent atmosphérique est en mesure de nettoyer l'air des traces de gaz nocifs.

Lire aussi:

Dupond-Moretti répond aux magistrats qui qualifient sa nomination de «déclaration de guerre»
Darmanin a «les gènes de la trahison», Jacob appelle Macron à «se méfier»
Un épidémiologiste de l’Institut Pasteur met en garde la France
Tags:
atmosphère, glacier, réchauffement climatique, gaz à effet de serre, Antarctique, Australie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook