Ecoutez Radio Sputnik
    Un avion

    Une étude révèle la «sale vérité» sur les boissons servies à bord des avions

    © Sputnik . Maxim Bogodvid
    Sci-tech
    URL courte
    3411

    En raison de la déplorable maintenance des réservoirs d’eau à bord des avions, les boissons servies lors du vol risquent d’être contaminées par des bactéries nocives, révèle une nouvelle étude.

    Des experts du Centre pour les politiques alimentaires (Food Policy Center) du Hunter College à New York ont inspecté l'eau proposée aux passagers de 11 compagnies aériennes pour parvenir à des conclusions troublantes, rapporte la chaîne de télévision Fox News.

    Selon l'étude publiée sur le site de l'institution, la maintenance des réservoirs d'eau présents à bord des avions est, en général, déplorable, ce qui est susceptible de provoquer l'introduction de bactéries nocives, dont la bactérie E. coli, au café et au thé servis aux passagers.

    «Après l'atterrissage, personne ne nettoie l'avion ni les réservoirs d'eau car il n'y a pas de temps pour cela. Les réservoirs sont tout simplement remplis après chaque utilisation. L'eau qui était au fond reste donc au fond», explique le chercheur Charles Platkin cité par les médias américains.

    Il a précisé que les réglementations adoptées par les compagnies aériennes ne prévoyaient le nettoyage des réservoirs que quatre fois par an. Dans ce contexte, le chercheur conseille à tous ceux qui ne veulent pas contracter une infection à la bactérie E. coli de ne pas commander de thé ou de café à bord des avions, ainsi que de se servir d'une protection antiseptique durant tout voyage aérien.

    Lire aussi:

    Voici les endroits les plus sales dans un avion. Et ce ne sont pas les toilettes
    Des secrets sur les repas en vol révélés
    Règle des 5 secondes: que risquez-vous à manger une gourmandise qui est tombée par terre?
    Tags:
    compagnie aérienne, thé, Escherichia coli, eau, bactérie, café, avions, Hunter College, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik