Ecoutez Radio Sputnik
    un couple

    Les applis pour faire des rencontres produisent des effets bien inattendus…

    CC0 / adamkontor
    Sci-tech
    URL courte
    207

    Si les applications pour faire des rencontres jouissent d’une certaine popularité, elles peuvent produire sur les individus qui les consultent des effets bien inattendus. Ainsi, cela contribue, entre autre, à la propagation de certaines maladies sexuellement transmissibles.

    Les sites de rencontres semblent être un lieu idéal pour ceux qui souhaitent trouver leur partenaire et n'arrivent pas à le faire malgré tous leurs efforts. Les plateformes comme Tinder proposent, par exemple, un large choix, relate le quotidien The Daily Mail.

    Cependant ces sites produisent sur les personnes qui y surfent des effets inattendus. Ainsi, il arrive que les hommes ne soient pas pressés de fonder une famille, ayant un choix immense et en optant pour la plupart du temps pour les femmes les plus jeunes, estime Kylie Baldwin, sociologue du De Montfort University. Dans le même temps, les femmes plus âgées n'arrivent plus à trouver un compagnon. Ceci les incite à cryogéniser leurs ovules dans l'espoir de rencontrer quelqu'un dans l'avenir.

    La cryogénisation reste pour ces femmes-là la solution pour avoir un bébé le moment venu. Selon l'étude, rien que dans le Royaume-Uni, la quantité de ces opérations a augmenté de quatre fois.

    De plus, les experts accusent les sites de rencontres d'être coupables de la propagation de maladies sexuellement transmissibles, notamment par la sexualité orale. Parmi ces maladies, on retrouve ainsi le virus du papillome humain (VPH), notamment les souches du HPV-16 qui provoque différents types du cancer.

    Lire aussi:

    EXCLUSIF En quête de la vie éternelle: un Russe va cryogéniser sa tête pour ressusciter
    Un pas vers l’immortalité: une famille nombreuse US sera cryogénisée
    Une femme de 49 ans cryogénisée en Chine, une première
    Tags:
    couple, relations, site de rencontres, chercheurs, science
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik