Ecoutez Radio Sputnik
    L'astronaute Edwin Buzz Aldrin sur la Lune en 1969 (archive photo)

    Le chef de la NASA révèle quand les astronautes reviendront sur la Lune

    © AFP 2019 NASA
    Sci-tech
    URL courte
    12415
    S'abonner

    Les Hommes pourraient retourner sur la Lune en 2028 et le premier module habité réutilisable devrait s’y poser dès 2024, d’après Jim Bridenstine, administrateur de la NASA.

    La NASA lance un appel d’offres pour construire des modules lunaires en prévision du retour des astronautes sur la Lune programmé pour 2028, a annoncé vendredi Jim Bridenstine, administrateur de la NASA.

    «Nous élargirons notre partenariat avec d’autres pays et compagnies privées pour poursuivre l’étude de la Lune et voyager vers Mars. Le retour des astronautes sur la Lune […] sera un premier pas vers l’exploration de sa surface», a indiqué M.Bridenstine.

    L’exploration habitée de l’espace et le retour de l’Homme sur la Lune sont devenues les missions principales de la NASA après la victoire de Donald Trump à la présidentielle en 2016.

    Le Président Trump et le membre du Congrès Bridenstine, devenu en avril 2018 administrateur de l’agence spatiale américaine, ont souvent évoqué les projets de construction d’une station en orbite lunaire et de création d’une «infrastructure permanente» sur le satellite naturel de la Terre.

    M.Bridenstine a plusieurs fois souligné que ces projets seraient réalisés avec la participation de la Russie et d’autres pays et sociétés privées qui coopèrent avec la NASA.

    La NASA a commencé par signer un contrat avec des sociétés américaines sur la livraison d’appareils et de fret sur la Lune pendant les années 2020. L’étape suivante d’exploration de la Lune sera la construction de modules réutilisables qui permettront à l’équipage de la future station orbitale lunaire LOP-G de se rendre sur la surface lunaire et de rentrer en orbite.

    D’après M.Bridenstine, le premier appareil de ce type se posera sur la Lune à titre d’essai en 2024. Quatre ans plus tard, les astronautes américains marcheront sur les pas de Neil Armstrong.

    Mais les ingénieurs doivent d’abord créer le module d’alunissage, des systèmes d’approvisionnement et un scaphandre qu’on peut utiliser sur la Lune.

    La NASA espère aussi que la version finale du module lunaire pourra fonctionner d’une manière totalement indépendante de la Terre en se procurant des ressources sur place. Cela permettra de mettre en place «une infrastructure lunaire stable» et d’organiser des voyages vers Mars.

    Tags:
    module lunaire, exploration de l'espace, NASA, Donald Trump, Jim Bridenstine, Mars, Russie, États-Unis, Lune
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik