Ecoutez Radio Sputnik
    Une fusée Soyouz (image d'archive)

    Une fusée russe Soyouz a placé en orbite un satellite militaire français (vidéo)

    © Sputnik . Alexey Filippov
    Sci-tech
    URL courte
    5117
    S'abonner

    Une fusée russe Soyouz a placé en orbite le satellite français d'observation CSO-1 dédié à la défense et à la sécurité, a annoncé la société Arianespace. Le lancement a été effectué depuis le Centre spatial guyanais de Kourou.

    Ce mercredi, le satellite français d'observation CSO-1(Composante spatiale optique) a été mis en orbite par une fusée russe Soyouz lancée depuis le pas de tir de Sinnamary en Guyane française, selon la société d'exploitation du Centre spatial, Arianespace.

    «Aujourd'hui, plus que jamais, notre défense passe [par, ndlr] l'espace», a déclaré la ministre des Armées, Florence Parly, citée par l'AFP, qui a assisté au tir depuis l'École militaire à Paris.

    La fusée russe s'est arrachée du sol à 13h37 heure de Kourou (17h37 heure de Paris). La mission, du décollage à la séparation du satellite, a duré une heure. Le lancement avait été initialement prévu pour le 18 décembre mais avait été reporté à cause des conditions météorologiques.

    La mission du satellite CSO-1 est de fournir des images optique et infra-rouge très haute résolution. Il sera rejoint par deux autres en 2020 puis en 2021 afin de former une constellation nouvelle génération d'une durée de vie de 10 ans, dont l'objectif est de remplacer les actuels satellites d'observation militaires français Helios 2A et 2B.

    Lire aussi:

    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    Un policier frappé lors d’un contrôle pendant que les amis de l’agresseur filment la scène
    Réponse aux Mistral français: à quoi ressemblera le nouveau porte-hélicoptères russe?
    Tags:
    espace, orbite, image, satellite, lancement, fusée, Nouvelle-Guinée
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik