Ecoutez Radio Sputnik
    Nihonium

    150 ans du tableau de Mendeleïev, base de la chimie: ces faits que vous pourriez ignorer

    © AP Photo / Eugene Hoshiko
    Sci-tech
    URL courte
    2240

    Le tableau périodique établi par le scientifique russe Dmitri Mendeleïev célèbre son 150e anniversaire. Rendant hommage à la portée de sa création, l’Assemblée générale de l'Onu a proclamé 2019 année internationale du tableau périodique des éléments. Sputnik évoque quelques faits stupéfiants relatifs à cette classification et à son créateur.

    Le tableau périodique des éléments, établi par le scientifique russe Dmitri Mendeleïev, l'un des pères de la chimie moderne, célèbre son cent cinquantième anniversaire. Ci-dessous, Sputnik rappelle quelques faits sur l'œuvre et son créateur que vous ignorez certainement.

    Avant cette classification, la chimie était un catalogue des propriétés physiques et chimiques des 63 éléments chimiques connus au milieu du 19e siècle. Mendeleïev a eu l'idée, en 1869, d'établir un tableau raisonné dans lequel tous les éléments chimiques seraient représentés par masse atomique croissante. Les groupant par familles ayant des propriétés physiques et chimiques voisines, le scientifique russe aboutit à un tableau à cinq colonnes de dix-huit éléments.

    Ces 50 dernières années, seuls 17 éléments nouveaux ont été découverts. Le tableau en compte actuellement 118. La découverte des quatre derniers éléments superlourds 113, 115, 117 et 118 a été officiellement validée par l'Union internationale de chimie pure et appliquée en 2015 et leur dénomination (nihonium Nh, moscovium Mc, tenessine TS et oganesson Og, a été dévoilée par l'Union en juin 2016.

    Soit dit en passant, l'oganesson  a été nommé en l'honneur du physicien nucléaire russe Iouri Oganessian et c'est l'unique cas où le nom d'un chercheur ait été attribué de son vivant.

    En ce qui concerne les noms des éléments, aucun ne commence par la lettre J.

    Qui aurait pu croire que cet original de Mendeleïev qui, selon les témoignages de ses contemporains, consacrait parfois ses heures de loisir à tresser des coffres en osier et qui avait aménagé un laboratoire dans le creux d'un chêne immense, allait prédire l'existence d'éléments encore à découvrir?
    Dans le même temps, certains «éléments» chimiques ont été reconnus inexistants, du seul fait qu'ils ne s'inscrivaient pas dans la conception du tableau périodique.

    La plus connue est l'histoire de la «découverte» des éléments nébulium et coronium.

    L'existence du premier a été postulée pour expliquer la présence des raies spectrales inconnues dans le domaine du vert, découvertes par l'analyse spectrométrique dans la nébuleuse de l'Œil de Chat. L'existence de l'autre a été suggérée après la découverte d'une nouvelle raie verte dans le spectre solaire.

    Ces deux découvertes ont été critiquées parce que le tableau ne réservait pas de place aux éléments possédant leurs propriétés. Des études ultérieures ont démontré que le nébulium n'était autre chose que de l'oxygène et le coronium, du fer hautement ionisé.

    La plupart des isotopes des éléments superlourds (se trouvant dans le tableau à partir du numéro 100) sont instables et se désintègrent presqu'instantanément.

    Ainsi la demi-vie de l'élément numéro 115, homologué dernièrement, ne dure qu'environ 220 millisecondes.

    Au milieu du 20e siècle, le chercheur Richard Feynman a fait une déclaration retentissante. Il a affirmé que si l'humanité découvrait un jour l'élément 137, elle n'aurait pas la possibilité d'établir le nombre de ses protons et électrons. Théoriquement, l'élément 137 aurait 137 électrons et il serait sûr à 100% que ses électrons se déplaceraient à la vitesse de la lumière. Mais ce qui est encore plus incroyable, c'est que les électrons de l'élément 139, si un tel élément existe, devraient circuler plus vite que la vitesse de la lumière.

    Cependant, dans l'histoire de la chimie et de l'apparition de nouveaux éléments dans le tableau de Mendeleïev, existe une page tragique liée à la découverte du radium par Pierre et Marie Curie.

    À l'époque où personne n'avait une idée de ce qu'est la radioactivité, les rumeurs ont attribué à ce métal des propriétés curatives pratiquement pour toutes les maladies connues.

    Le radium est devenu un ingrédient de produits alimentaires, de dentifrices et de crèmes cosmétiques. Des personnes riches portaient des montres dont le cadran était peint avec des colorants contenant du radium. Cet élément radioactif a été recommandé en tant que moyen pour augmenter la puissance masculine et comme déstressant.

    Cela a duré 20 ans, jusqu'aux années 1930, époque à laquelle les chercheurs ont découvert les propriétés véritables de la radioactivité et à quel point elle était nuisible pour l'organisme humain.

    Marie Curie est décédée en 1934, des suites de la maladie des rayons et d'un long contact avec le radium.

    Lire aussi:

    Une opération du Raid à l’opéra de Nantes où le concert d'une chanteuse iranienne était prévu
    Trump croit savoir qui a en réalité organisé les attentats du 11 septembre
    Une quarantaine de morts lors de l'attaque de deux villages au Mali
    Tags:
    Tableau périodique des éléments
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik